Commentaire de Axel_Borg
sur Oasis versus Blur, le duel à mort de la brit pop des années 90 ...


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Axel_Borg Axel_Borg 25 mars 2019 17:39

@Fabrice,

Pour les Beatles, la fameuse déclaration sur Jésus Christ est l’apanage du seul John Lennon, pas des autres membres du quatuor de Liverpool.

Tu parles de la voix nasillarde Liam Gallagher et/ou du tambourin qu’il tenait dans son dos lorsqu’il chantait ? 
L’attitude j’aimais bien c’étaient de sales gosses assumés, tel Noel en 1998 qui claironne publiquement la sortie de The Masterplan, album de faces B (sauf Whatever !) pour faire face à un retour de bâton fiscal : Nous avons besoin de ce putain de fric.

Musicalement, Blur c’est énorme : Song 2, Charmless Man, Tender, Girl and Boys, She’s so high, Beetlebum, The Universal, No Distance Left to Run ...

Mais Oasis c’est encore (selon moi) bien au-dessus car Noel Gallagher avait un incroyable talent de songwriter (mélodies pas proles) : Whatever, Supersonic, Live Forever, Cigarettes and Alcohol, Wonderwall, Don’t look back in anger, Champagne Supernova, All Around the World, Go Let it Out, Acquiesce, The Masterplan, Stop crying their heart out, Turn Up the Sun, The Importance of Being Idle, Part of the Queue, Let there Be Love, I’m Outta Time ... 

Sans parler de leurs deux lives légendaires (There and Then en 1996 à Knebworth et celui de Wembley en 2000, dans la lignée du Live Aid du 13 juillet 1985 magnifié par Queen et surtout par U2, ou du concert royal de Freddie Mercury et Queen un an plus tard le 12 juillet 1986).

Comme Lennon et McCartney en solos, les deux frères Gallagher font beaucoup moins bien séparément que sous la bannière commune, malgré des albums sympas de chaque côté. Mais rien de légendaire ...

Quant à Radiohead, ils avaient un rival sur le continent, l’excellent groupe belge dEUS, malheureusement trop rare dans ses parutions d’album ... Six ans entre The Ideal Crash (1999) et Pocket Revolution (2005), déjà sept ans depuis Following Sea (2012) qui pourtant suivait comme son ombre Keep you Close (2011).

Heureusement qu’il reste Arcade Fire que tu dois forcément connaître en vivant au Canada !


Voir ce commentaire dans son contexte