Commentaire de L’enfoiré
sur Les élections Européennes... et la fin des Gilets Jaunes


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

L'enfoiré L’enfoiré 1er avril 2019 15:22

En individualiste, je dirais « Partons, mais partons loin si cela ne marche plus par ici ».

J’avais, jeune, des envies de partir au Canada. S’exiler... 

Vous êtes en bonne place parmi les pays les plus heureux.

Oui, je sais, chez vous, il n’y a que deux saisons, mais comme est dit dans l’article mentionné

Le Canada, terre d’accueil se disait prêt à accueillir 300.000 personnes pour y décrocher un emploi sur base de 60% économique en 2017. 

Le rapport de l’ONU a justement étudié l’impact de la migration en matière de bonheur.

Le bonheur des immigrés d’un pays est quasiment identique à celui de l’ensemble de la population, si les immigrés proviennent d’un pays où le bonheur est plus faible et qu’ils s’adaptent au bonheur moyen du pays dans lequel ils s’installent. Le bonheur concerne alors moins les normes et les attitudes culturelles mais est plutôt fortement influencé par l’environnement et la qualité de vie (santé, éducation, emploi...). 

Au contraire, si une personne migre dans un pays dont les habitants sont moins heureux, son bonheur aura tendance à diminuer. 

Notons toutefois que le bonheur est inégalement réparti sur le territoire canadien. Les habitants de Toronto sont moins heureux que les habitants de l’arrière-pays. Dans les zones rurales et les petites villes du pays, les gens sont plus heureux, rapporte le Washington Post.

Selon l’étude intitulée « La géographie du bien-être au Canada », il y a un lien entre la densité de la population et l’indice du bien-être. Une densité plus faible rend les gens plus heureux en allant de pair avec l’appartenance à une communauté pour tisser plus de liens sociaux.

Plus le temps de transport et le prix du logement sont réduits, plus le bonheur est élevé.


Voir ce commentaire dans son contexte