Commentaire de velosolex
sur Les aventures d'Alice au pays du brexit !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

velosolex velosolex 4 avril 10:21

@nono le simplet
Une seule voix bien posée, est préférable au tumulte. La catastrophe née souvent du progrès, surtout de ses ramifications. Tu pratiques la photo, pépère, et puis tout à coup cela devient comme un cancer, un tumulte, autant de grimaces qui se superposent, qui t’assaillent, qui te suivent. A un certain moment, tu bascules de l’autre coté de la montagne. Tu as dans la tête une mémoire qui échappe aux yeux de ceux qui regardent simplement le nouveau paysage. On a depuis longtemps écrit sur le factice, et cela peut rassurer, faire croire qu’au fond rien ne change. Mais le petit oiseau à non seulement disparu de l’appareil photo, mais de la nature de plus en plus. L’enfer, c’est les autres, disait Sartre. Entendu leur regard, qui te structure. Pour l’emmerdement, il y en a de doux, quand il sont liés au choix. L’ennui est parfois structurant, comme la mélancolie. Un retour sur soi. Se méfier de la paranoïa, tout de même, du grand isolement. Garder la souplesse, le rire, le coup de pédale, le verre levé avec les autres. Je lis en ce moment un très beau livre, « My absolute darling », de Tallent. Le survivalisme aux états unis est une mauvaise réponse à un vrai problème. Une gamine vivant au fond du pays avec un père fou, et pervers, cramponné à son fusil d’assaut, trouvant toutes les raisons de cracher sur sa fille, les autres, et lui même. On reconnait la graine de troll désenchanté, qui tente de faire passer les autres par dessus bord en crevant leur haine. Encore un petite chanson des beatles, un peu d’air frais ?


Voir ce commentaire dans son contexte