Commentaire de Axel_Borg
sur Hamilton et le défi du GOAT


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Axel_Borg Axel_Borg 10 avril 2019 15:16

@solarys,

Michael Schumacher avait certes un talon d’Achille, je le dis plus haut dans ma réponse à Laconique, la faiblesse de ses coéquipiers, souvent imposée par contrat par Flavio Briatore à Enstone, puis Jean Todt à Mranello.
Certes Rory Byrne dessinait les F1 pour Schumi, pour optimiser son pilotage et non celui de l’autre pilote du garage ...
Mais on parle d’un gamin de 22 ans qui avait humilié le triple champion du monde Nelson Piquet chez Benetton en 1991 ...
Certes le Carioca n’était plus au top niveau comme entre 1980 et 1987 chez Brabham ou Williams. Mais il restait à 39 ans l’un des tous meilleurs pilotes de F1.

Surtout, Hamilton n’a pas réussi entre 2009 et 2013 un quart des exploits de Schumacher dans sa période de vaches maigres (1996-1999) avec Ferrari : Barcelone 1996, Spa Francorchamps 1996, Monaco 1997, Spa Francorchamps 1997, Silverstone 1998, Budapest 1998, Monaco 1999, Sepang 1999 ...

Rappelons aussi un point fondamental, Hamilton a toujours gagné le titre avec la meilleure voiture, là où Fangio (1957), Prost (1986), Senna (1991), Schumacher (1994, 1995, 2000 et 2003) et Alonso (2005) ont réussi le prodige de devenir champions du monde face à des écuries plus fortes que la leur : Maserati contre Ferrari en 1957, McLaren TAG Porsche contre Williams Honda en 1986, McLaren Honda contre Williams Renault en 1991, Benetton Ford contre Williams Renault en 1994, Benetton Renault contre Williams Renault en 1995, Ferrari contre McLaren Mercedes en 2000, Ferrari contre Williams BMW en 2003, Renault contre McLaren Mercedes en 2005.

Alonso était meilleur que l’Allemand sous pression extrême, et normalement le Taureau des Asturies aurait du gagner 5 titres mondiaux avec ceux de 2007, 2010 et 2012. Il n’aurait pas alors fini sa carrière chez McLaren Honda mais chez Ferrari, Red Bull ou Mercedes AMG, avec bien plus que 32 victoires au compteur vu son immense talent.

Quant à Lewis Hamilton, il s’agit d’un fantastique pilote en effet qui pérennise les exploits week-end après week-end. Chasseur de pole exceptionnel, et finisseur redoutable le dimanche, bien meilleur qu’un Vettel dont on se demande encore comment il a pu enchaîner 4 titres de rang entre 2010 et 2013.
Mais Lewis traîne comme un boulet sa saison 2010 où certes il perd 18 pts en Espagne sur crevaison mais surtout une bonne quarantaine de points par sa faute à Monza et Singapour en faisant n’importe quoi au départ.
Il n’avait pas alors retenu la leçon de Shanghai 2007, erreur qui lui coûta le titre suprême.
Sans parler de sa saison chaotique de 2011 où il laisse Jenson Button prendre le lead chez McLaren de façon exceptionnelle.
En 1992, sa pire saison en F1, Senna avait battu Berger au final (50-49 aux points, 3 victoires à 2) pour montrer qu’il restait le patron à Woking.

Ma conclusion est simple, je ne dis pas que Lewis ne sera pas un jour un GOAT potentiel mais c’est trop tôt : statistiquement il est derrière Schumacher, en terme d’aura derrière Fangio et Senna, en terme de domination sur une génération derrière le grand Jim Clark ...
Et son beau duel avec N. Rosberg de 2014 à 2016 ne vaut pas le sommet d’émotion que fut le climax Prost / Senna entre 1988 et 1990.
Je lui souhaite que Max Verstappen et Red Bull lui offrent un autre duel de forte intensité celui qu’il n’a jamais pu avoir avec Alonso exception faite de 2007 chez McLaren Mercedes ...


Voir ce commentaire dans son contexte