Commentaire de Axel_Borg
sur Hamilton et le défi du GOAT


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Axel_Borg Axel_Borg 11 avril 2019 15:48

@solarys

En 1994 Schumacher n’a pas la meilleure voiture. OK il a l’anti-patinage jusqu’à Silverstone mais en fin de saison la FW16 fait parler sa puissance avec un V10 Renault très largement supérieur au V8 Ford Zetec de sa Benetton B194.

Pour ses débuts, désolé mais le mec arrive à Spa 1991 avec une Jordan (première année du team irlandais) et claque le 7e chrono en qualif sur l toboggan des Ardennes qu’il découvrait de surcroit. 4e du warm-up.
Piquet n’était plus à son top en 1991 mais il restait un triple champion du monde (1981, 1983, 1987) pas un perdreau de l’année.

Michael Schumacher a certes bénéficié du décès de Senna pour gagner ses premiers titres en 1994 et 1995. Mais au lieu de rejoindre Williams pour gagner encore en 1996 et 1997, il a préféré le challenge ultime ; rejoindre Ferrari pour refaire gagner le cheval cabré.

En 1996 il part seul, sans Ross Brawn, Rory Byrne, Pat Symonds et Joan Villadelprat tous restés à Enstone.
Jean Todt fera venir Brawn et Byrne en vue de 1997, Schumacher ne s’entendant pas avec John Barnard, habitué au style de pilotage différent d’un Prost.

Si Byrne accepte de renoncer à son projet Phuket alors qu’il avait déjà 50 piges, c’est parce qu’il y avait Schumi justement ... Byrne avait connu Senna en 1984 chez Toleman, il savait donc qu’il tenait un immense champion avec le Kaiser.

Sur Bridgestone, oui Todt signa dès 2001 un axe Ferrari / Bridgestone pour couper l’herbe sous le pied de McLaren. Furieux, Ron Dennis n’eut d’autre choix que de rejoindre le clan Bibendum en 2002, où Williams avait pris la place d’écurie de développement ...

Sur les duels d’Hamilton, Alonso en 2007 c’est magistral mais trop court malheureusement. Pour Button et Rosberg, deux excellents pilotes deux champions du monde mais pas meilleurs qu’un Mika Hakkinen, principal contradicteur du Baron Rouge entre 1998 et 2000.

Sur les poles, Schumacher n’était pas un pur sprinter comme Hamilton ou Senna c’est vrai. Mais la première fois qu’il dispose d’une vraie F1, la plus rapide, soit en 2011, il explose son record de poles qui datait de 1994 : de 6 (1994), l’Allemand passe à 11 pole positions ...

Quant aux remontées que tu évoques, Mexico 1990 pour Prost, Spa 1995 pour M. Schumacher, un Senna en aurait été aussi largemnt capable (cf Monaco 1984, Rio 1988, Suzuka 1988), sauf qu’il ne s’est jamais troué en qualif au point de partir au delà de la 5e ou 6e ligne ...

Hamilton est l’incontestable n°1 actuel, à la réserve prêt qu’Alonso me semblait encore plus complet. La saison 2012 de l’Espagnol, je n’en ai pas vu souvent des comme cela avec des F1 aussi limitées, tel un Schumacher en 1997 ou 1998 ... Victoires sublimes à Sepang et Valence, podium quasi systématique ... Chapeau l’artiste.

Ne te méprends pas, Hamilton a le potentiel pour finir GOAT, mais il devra cravacher à la fois niveau stats et niveau duel de légende. Il a donc grand besoin que Max Verstappen prenne la place de Vettel comme son rival n°1, tant Baby Schumi déçoit, il sera bientôt éclipsé par Charles Leclerc chez Ferrari à ce rythme.


Voir ce commentaire dans son contexte