Commentaire de Bertrand Loubard
sur De J. Habyarimana (†1994) à P. Kagamé et à J. Swinnen (Ambassadeur Belge au Rwanda 90-94) II/II


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Bertrand Loubard 13 avril 2019 21:57

@leypanou
Ann Garisson semble bien être une des journalistes les plus indépendantes qui soit, principalement concernant l’histoire du Rwanda. J’ai personnellement une grande confiance dans ces sources et son approche qui confirment ma connaissance de certains détails de cette tragédie du mensonge et de l’intoxication. Elle rappelle à juste titre la conclusion de David S Herman et David Peterson : « The institutionalization of the ‘Rwandan genocide’ has been the remarkable achievement of a propaganda system sustained by both public and private power, with the crucial assistance of a related cadre of intellectual enforcers” à propos de Jean Leonard Teganya. Celui-ci est une parmi un grand nombre de victimes anonymes, du chantage au négationnisme dont Kagamé tire un profit incommensurable.
La position de Macron est assez étonnante en effet, mais que lui en coûte-t-il d’instaurer un jour de mémoire .... ? Il est évident que ce n’est pas le 5 avril 2019 qu’il en a eu l’idée Cela ne semblerait-il pas un grand pas pour le député LREM Hervé Berville mais un tout petit signale pour la république ? En fait cela n’entrerait-il pas, à terme, dans une stratégie électorale. Les complices et les ennemis de Macron savent très bien dans quelle tragédie ils jouent. Ce n’est pas comme Dallaire (Qui a tiré les ficelle de Kagamé ?), ni comme Marchal (Que nous cache-t-on ?) ni comme l’Ambassadeur de Belgique (Dans quelle pièce avons-nous joué ?) Et évidemment ne peut-on s’empêcher de penser à la « comédie de Rose Kabuye en France » et à son cher et tendre metteur en scène à postériori, Bernard Kouchner quand on s’en prend à réfléchir à la désignation de la Rwando – américaine anglophone Louise Mushikiwabo à la tête de la francophonie et au « rôle » du Franco-rwandais d’Herve Berville à Kigali ?
Bien à vous.


Voir ce commentaire dans son contexte