Commentaire de perlseb
sur Quatre ans après, que sont devenus les ex-Fralib ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

perlseb 19 avril 17:15

Bonjour, Fergus
Il y a 2 écueils.

Le premier, pour cette SCOP, c’est que les centrales d’achat vont faire pression sur elle ... en n’achetant pas ses produits. Un peu comme si un éleveur de poulets voulait vendre sa production lui-même à Rungis : personne ne lui achèterait sauf à la date limite où il céderait tous ses poulets à une valeur inférieure à celle qu’ils lui ont coûté (à Rungis, on appelle ces intermédiaires « indispensables » les « requins » qui ne vivent que sur la marge qu’ils se font sur les producteurs réels, à la manière des centrales d’achat).

Le deuxième écueil est sur le long terme. Le capitalisme ne date pas d’hier. Et c’est la rente sur le long terme qui fabrique les multi-milliardaires (pas leur génie, pitié !). Si cette SCOP marche bien, voire très bien, elle va finir par rendre les actionnaires principaux bien plus riches. Dans une SCOP, les dividendes et les « réserves » (augmentation des fonds propres) avantagent les plus gros actionnaires ... comme dans toute entreprise. De plus, si une SCOP a des règles qui la rende moins injuste qu’une entreprise lambda, elle ne restera pas forcément SCOP indéfiniment. Tout dépendra de la volonté des derniers actionnaires nécessaires pour qu’elle puisse garder son statut. On a eu un phénomène identique avec les mutuelles qui n’ont aujourd’hui pour la plupart que le nom (par exemple, la mutuelle de Bretagne a permis à une certaine prostituée de se voir offrir un immeuble sans aucun apport grâce à un certain Richard Ferrand et ... aux paiements des cotisations des adhérents croyant ne payer que la somme strictement nécessaire pour être assuré, les pauvres !).

Les lois sont écrites pour permettre le vol. Et elles sont conçues pour avantager ceux qui ont le plus volé avant (les banques ne prêtent qu’aux riches). La seule question : est-ce que l’on préfère un système injuste pour avoir l’espoir d’arnaquer un jour les autres (dans ce cas, inutile de changer le système en place) ou est-ce que c’est l’injustice que l’on veut supprimer ? Dans ce dernier cas, seul le travail réel doit être rémunéré (pas de propriété possible). Mais il est vrai que le fait de ne pas pouvoir voler les autres en démotive beaucoup. Et c’est ça le fond du problème.


Voir ce commentaire dans son contexte