Commentaire de bob de lyon
sur Dès que le printemps est là...


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

bob de lyon 23 avril 10:58

La beauté éphémère, l’inaccessible amour, la fuite du temps, la nostalgie puis la mélancolie, le suicide enfin… le Romantisme donc. 

Pauvre Werther, ah Madame de Staël inconsolée...


Voir ce commentaire dans son contexte