Commentaire de lloreen
sur Venezuela : un pays saboté ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

lloreen 3 mai 08:42

@Berthe
Ce qu’il y a de formidable c’est justement cette arrogance officiellement affichée. Ces engeances sont arrivées à un tel orgueil qu’elles ne doutent plus de rien, le specimen français étant un bel exemple aussi de cette attitude inédite où, disposant des médias qui sont un outil redoutable mis dans les mains d’escrocs et de criminels.
Face à l’officialisation outrageuse de leurs plans de prédation sans retenue la plupart commence seulement à ouvrir les yeux et à comprendre les avertissements des lanceurs d’alerte depuis des décennies.
C’est le cas des français qui se sont lancés dans le mouvement des GJ et d’autres pays qui suivent également le mouvement.

La criminalité des quelques-uns, longtemps cachée sous le vocable de politique a pris de telles proportions à présent que la majorité a compris que le moment du sursaut salvateur était venu.
A ce sujet, il faut relever qu’un collectif de français a créé un conseil national de transition pour servir de caisse de résonance et faire émerger un nouveau paradigme face à l’obstination criminelle et illégitime d’une caste de pervers psychotiques réunis en un syndicat international du crime organisé dans l’intention d’instaurer leur tyrannie mondiale.

Qui sont les membres du conseil national de transition ?
https://www.youtube.com/watch?v=e69NPXcGxtk

Toutes les informations concernant le conseil national de transition (censuré la plupart du temps) figurent sur son site internet.
https://www.conseilnational.fr/

Le CNTF a élaboré un programme et créé une « Cour Suprême » pour instaurer le droit coutumier.
https://www.mesopinions.com/petition/justice/approuver-mandats-arret-delivres-cour-supreme/52273

Par Conseil National de Transition Pétition adressée à CITOYEN DU PEUPLE DE FRANCE

MANDAT D’ARRÊT

Pour haute trahison, atteinte à la sûreté de l’Etat et crime contre l’humanité,

La « Cour Suprême » de justice de France, créée pour représenter la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen », et animée exclusivement par des citoyens non professionnels, délivre ce jour, 10 novembre 2018, au nom du peuple de France représenté par tous les signataires, ce mandat d’arrêt concernant Emmanuel Macron, né le 21 décembre 1977 à Amiens, fils de Jean-Michel Macron et Françoise Noguès pour,

- « Haute trahison » : violation de l’article 9 du préambule de 1946 du bloc de constitutionnalité, en raison de la vente illégale de biens du patrimoine national. Tentative d’établissement d’une dictature absolue par la loi n° 2017-1510 du 30 octobre 2017 visant à supprimer les droits « sacrés, inaliénables et imprescriptibles » pourtant garantis par la plus haute instance juridique de France : La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

- « Atteinte à la sûreté de l’état » : organisation d’un programme d’immigration mettant tous les Français en état d’insécurité, en danger de guerre civile, et ce, en violation du « droit à la sûreté » dont toute association politique est pourtant garante (article 2 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen).

- « Crime contre l’humanité » : le Décret n°2018-42 du 25 janvier 2018 obligeant à la vaccination annule le « Droit Parental », fondement de la civilisation humaine. De plus, les études préalables révélaient que les produits injectés affecteraient gravement l’état de santé mental et physique des enfants, c’est donc en toute conscience qu’Emmanuel Macron a usé de son pouvoir pour préjudicier à la vie de centaines de milliers d’enfants français.

Ce mandat d’arrêt est étendu à Edouard Philippe, Agnès Buzyn, Jean-Michel Blanquer et Annick Girardin, co-signataires du décret relatif à la vaccination obligatoire ; et à tous les autres membres de ce gouvernement dont il est avéré qu’ils ont participé activement à trahir la France et les droits fondamentaux et inaliénables des Français.

Pour exécution dudit mandat, nous mandons et ordonnons à tous officiers ou agents de la Force publique de rechercher, arrêter et conduire chacun de ces individus à la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis pour être mis à la disposition de la justice, comme l’état de droit l’exige.

Compte tenu du fait que ces individus disposent de nombreux complices dangereux et sont soupçonnés d’appartenir à des réseaux occultes ayant phagocyté plusieurs services des institutions nationales, il est expressément recommandé aux agents de la force publique d’intervenir en collaboration avec les services des forces armées de l’état, civiles ou militaires, respectueuses de l’état de Droit et fidèles à la Constitution.

Pour que la Force serve la Justice, le Peuple et la Souveraineté de la Nation Française.


Voir ce commentaire dans son contexte