Commentaire de Gilles Mérivac
sur Macron, Le Pen, l'invisible convergence


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Gilles Mérivac Gilles Mérivac 13 mai 14:51

C’est là que se vérifie l’axiome : plus un parti est attaqué, plus il gêne les combinaisons et les magouilles des autres, et plus il est indispensable.


Voir ce commentaire dans son contexte