Commentaire de The Critical Vegan
sur Antispécisme : Peter Singer et la dénonciation du spécisme


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

The Critical Vegan The Critical Vegan 14 mai 18:50

@astus
La réponse est dans l’article : la sentience conditionne l’existence des intérêts. Quant aux autres capacités que vous mentionnez, elles ne peuvent être pertinentes qu’aux types d’intérêts qu’elles conditionnent : prendre en compte l’aptitude à créer des liens est par exemple pertinent quant il s’agit de séparer un individu de ses congénères. Cette capacité n’a en revanche aucune pertinence quant il s’agit d’infliger une souffrance physique directe à un individu. 

Pour ce qui est de votre objection sur l’espèce, je ne vois absolument pas où vous voulez en venir : le sexe est autant un fait biologique que l’espèce. Selon votre logique, si l’espèce est un critère pertinent de discrimination sur cette base, le sexe l’est aussi.

Quant à pourquoi choisir la sentience plutôt que tout autre critère, 2 raisons :
— L’expérience subjective de la réalité crée chez un individu une forme de vulnérabilité tout à fait remarquable. Si l’on ne prend pas cette subjectivité en compte, j’ai du mal à voir en quoi la vie, qui n’est qu’un assemblage de réactions chimiques — certes complexes — serait plus digne d’être protégée qu’une réaction chimique inorganique. On pourrait invoquer qu’elle l’est en raison de sa complexité mais où devrait on alors placer la limite, et sur quelle base ?
— En se basant sur ce critère, on évite toute situation où deux cas semblables dans tous les critères pertinents sont traités de manière différente : la définition même d’une injustice.
Bref, ce choix repose sur 2 choses : d’un côté la conviction que la sentience crée par sa nature une distinction tout à fait remarquable au sein du vivant et de l’autre une exigence de justice.

Maintenant, à votre tour de m’expliquer : en quoi le fait d’être un sujet (agent serait plus pertinent, mais passons) moral est il un critère pertinent ? Quel est le lien logique entre le fait qu’une capacité soit nécessaire pour conceptualiser le droit et la justice, et le fait qu’elle soit nécessaire pour être un sujet de ces mêmes concepts ?

Enfin, je vous remercie pour la séance de psychanalyse gratuite : je suis ravis de découvrir mon désir inconscient de revenir à un état inorganique

@astus
La réponse est dans l’article : la sentience conditionne l’existence des intérêts. Quant aux autres capacités que vous mentionnez, elles ne peuvent être pertinentes qu’aux types d’intérêts qu’elles conditionnent : prendre en compte l’aptitude à créer des liens est par exemple pertinent quant il s’agit de séparer un individu de ses congénères. Cette capacité n’a en revanche aucune pertinence quant il s’agit d’infliger une souffrance à un individu. 

Quant à votre objection sur l’espèce, je ne vois absolument pas où vous voulez en venir : le sexe est autant un fait biologique que l’espèce. Selon votre logique, si l’espèce est un critère pertinent de discrimination sur cette base, le sexe l’est aussi.

Quant à pourquoi choisir la sentience plutôt que tout autre critère, 2 raisons :
L’expérience subjective de la réalité crée chez un individu une forme de vulnérabilité tout à fait remarquable. Si l’on ne prend pas cette subjectivité en compte, j’ai du mal à voir en quoi la vie, qui n’est qu’un assemblage de réactions chimiques certes complexes serait plus digne d’être protégée qu’une réaction chimique inorganique. On pourrait invoquer qu’elle l’est en raison de sa complexité mais où devrait on alors placer la limite, et sur quelle base ?
En se basant sur ce critère, on évite toute situation où deux cas semblables dans tous les critères pertinents sont traités de manière différente : la définition même d’une injustice.
Bref, ce choix repose sur 2 choses : d’un côté la conviction que la sentience crée une distinction tout à fait remarquable par sa nature au sein du vivant et de l’autre une exigence de justice.

Maintenant, à votre tour de m’expliquer : en quoi le fait d’être un sujet (agent serait plus pertinent, mais passons) moral est il un critère pertinent ?

Pour ce qui est des boucheries casher et hallal, pouvez vous m’expliquer quel est le rapport avec le sujet ? 

Enfin, je vous remercie pour la séance de psychanalyse gratuite : je suis ravis de découvrir mon désir inconscient de revenir à un état inorganique.


Voir ce commentaire dans son contexte