Commentaire de Christian Labrune
sur Lobbying israélien : l'ONU censure la publication d'une liste noire des entreprises implantées dans les territoires occupés


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Christian Labrune Christian Labrune 14 mai 22:22

@Ilan Tavor

Plusieurs choses me donnent à penser que la situation, au Moyen-Orient, pourrait changer assez vite, et du tout au tout. La politique de Trump se révèle jusqu’à ce jour d’une très grande habileté. On n’envoie pas un porte-avions et des B52 dans le Golfe comme on fait descendre un chien, le soir, pour le faire pisser. Il est donc probablement décidé qu’il faut en finir rapidement avec la menace que représentent les installations nucléaires de l’Iran et un régime désormais exécré par la population après quarante années de tyrannie abjecte. Ce ne sera évidemment pas une guerre contre le peuple iranien, mais contre les bases nucléaires et les mollahs, et un coup d’arrêt définitif à une dérive hégémonique de plus en plus insupportable.

Comme par hasard, Pompeo vient de rencontrer Lavrov. Les représentants des deux pays expriment un désir de rapprochement un peu inattendu après la froideur de ces dernières années, mais tout à fait nécessaire en pareille conjoncture : le même type de rapprochement qui aura permis à Israël, en toute tranquillité, de démolir les installations iraniennes en Syrie sans avoir trop à se préoccuper d’une présence russe qui n’avait évidemment rien à craindre et se contentait de compter les frappes. L’effondrement du régime des ayatollahs va compliquer un peu la vie des Russes à court terme parce qu’il faut prévoir une période de confusion, mais ils savent très bien aussi qu’ils s’en trouveront mieux par la suite dans la région.

Les pays sunnites sur qui pèse l’abominable menace iranienne, l’Iraq et l’Arabie en particulier, mais aussi le Liban et la Syrie débarrassés du Hezbollah et des gardiens de la révolution, auraient très mauvaise grâce, après un pareil service rendu, à ne pas faciliter la mise en oeuvre du « deal du siècle ». L’occasion sera trop belle pour eux, de toute façon, de pouvoir se débarrasser enfin de l’espèce de boulet palestinien qui empoisonne leur politique depuis tant d’années.


Voir ce commentaire dans son contexte