Commentaire de Hamed
sur Pourquoi dans le Hirak algérien présent et à venir, « Tout est en soi », et « Dieu est en soi », le secret est de le penser et de le vouloir


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Hamed 29 mai 2019 02:22

@MAIBORODA

Merci MAIBORODA. Pour l’intérêt entre les peuples des deux rives, il viendra sûrement. Mais cela ne se fera que lorsque les clichés disparaîtront ou du moins ne seront plus un obstacle.

D’autre part, on ne sait pas ce que sera l’avenir. Et si l’Europe découvre un intérêt vital en Afrique du Nord, compte tenu de l’exiguïté du marché mondial, et la Chine devenant extrêmement envahissante, et ce qui sauve l’Europe aujourd’hui, c’est sa puissance financière et ses Banques centrales, mais le monde évolue, et si demain ses monnaies, elle a en a que deux l’euro et la livre sterling, ne seront plus efficientes, dès lors le Nord de l’Afrique devra être un espace vital d’abord par sa proximité, et surtout par son retard dans le développement.

L’Europe n’aura pas le choix que se rapprocher du Maghreb, de financer ce Maghreb, qui paradoxalement lui sera une bouée de sauvetage. 

Voilà, MAIBORODA, d’ailleurs la situation économique est très ralentie en Europe. L’économie allemande piétine. Les autres économes aussi. Les Banques centrales injectent des liquidités, pour accompagner les économies. En plus le Brexit, et d’autres problèmes européens.

Et c’est la raison pour laquelle je pense que l’Europe aura intérêt surtout pour elle-même, bien sien sûr aussi pour les pays d’Afrique du Nord, d’être partie prenante dans l’avenir commun de cette Europe et sa rive sud de la Méditerranée.

Et croyez-moi, ce n’est pas moi qui le dit, mais les forces politiques et économiques qui les laissent envisager. Le protectionnisme ne fait que commencer, les pays d’Europe pourront-ils s’auto-suffire s’ils deviennent non compétitifs mondialement d’ici 20, 30 ou 40 ans, avec deux géants la Chine et l’Inde. Et l’Amérique qui ferme déjà ses frontières économiques pour ne pas être absorbé.
 
Evidemment, cela ne se voit pas trop aujourd’hui parce qu’il y a la force de frappe de la BCE et de la BoE. Mais qu’en sera-t-il dans deux ou trois décennies lorsque l’euro et la livre sterling seront concurrencés par d’autres monnaies ? Et les déficits européens et les dettes extérieures qui va les financer ? 


L’Europe doit inévitablement non seulement s’ouvrir mais chercher ailleurs ses marchés. Et c’est la raison pour laquelle les relations s’enrichiront de part et d’autre. J’espère vous avoir répondu. Merci pour le post.


Voir ce commentaire dans son contexte