Commentaire de Arogavox
sur L'Union Européenne : avez-vous voté pour rien ? ***


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Arogavox 8 juin 19:50

 On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif, c’est bien connu 
... et on ne s’attend pas non plus à ce que ceux qui font l’âne pour avoir du son arrêtent de se ridiculiser en faisant semblant de ne pas comprendre les évidences !
   
 Alors les remarques suivantes ne s’adressent qu’aux improbables non-votants qui ne seraient qu’indécis et risqueraient de se laisser intimider, par manque de combativité, par des absurdités claironnées avec une suffisance butée.
   
L’intention de boycott ne saurait être réfutée que par un Dieu ou un improbable super-psychologue qui connaîtrait chaque boycotteur mieux que lui-même ...
sinon, comment ne pas suspecter une conception de l’humilité peu reluisante !
   
Autre absurdité :
est-ce que voter (voire veauter) aboutit absolument à quelque chose d’autre que laisser faire ceux qui votent ?  !!
 
Pour que l’abstention puisse être l’expression d’un rejet, il suffit qu’existe un seul cas d’abstention voulant exprimer un rejet ! Or, j’en connais au moins un.
 Et, pour qui n’est ni sourd ni autiste, comment réussir à imaginer qu’une proportion non négligeable d’au moins une moitié des Français qui n’ont pas voté ne connaissent pas eux aussi au moins une telle expression de rejet ?!

... passons sur la litanie des autres a priori stupides, et ne ratons pas l’ânerie suprême :

  L’actualité ne cesse de nous montrer que ceux qui abusent du stratagème de scrutin leur permettant de légitimer leur dictature, ne s’appuie au final que sur environ, au pire, un cinquième d’une moitié des Français, votants et veautants cumulés.
 Qui pourrait prétendre que la proportion de la plus que moitié des Français qui n’ont pas voté ni veauté, et qui ont l’intention d’exprimer ainsi un rejet, refus, non acceptation ou en tous cas leur non-caution ... soit inférieure à un tiers, voire, au pire à un quart ?
  
 Alors, s’il suffisait d’être du côté d’un cinquième de Français pour se permettre sans honte la posture solipsiste des donneurs de leçons aptes à interpréter-travestir-dénaturer la pensée des autres,
comment réussir en plus à ne pas comprendre que ce cinquième de Français, devrait selon ses propres prétentions, fermer sa grande bouche devant au moins un quart voire un tiers d’autres Français ?
  
  « La liberté, c’est la liberté de dire que deux et deux font quatre. Lorsque cela est accordé, le reste suit ». dixit George Orwell , dans ’1984’


Voir ce commentaire dans son contexte