Commentaire de daniel ahsaini
sur Sans le soutien de l'Église il n'y aurait pas cette crise au Venezuela


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

daniel ahsaini 18 juin 2019 22:58

@Clocel & aussi à l’auteur,

bonsoir ,
extraits inversés choisis :

Je ne saurais croire que le pape François soit complice de tout ce montage. Je suis plutôt enclin à penser qu’il a été manipulé et induit en erreur par ses collaborateurs à la Secrétariat du Vatican et par un épiscopat, sans scrupule.

L’Église, y compris le Vatican et les épiscopats, ne peut promouvoir une doctrine sociale, condamnant le capitalisme sauvage tout en luttant contre ceux-là mêmes qui veulent le transformer en socialisme humain. C’est exactement ce qui se passe au Venezuela. L’épiscopat et le Vatican vont de pair avec les oligarchies et l’empire pour empêcher que cette transformation du capitalisme sauvage devienne réalité et que l’empire ne puisse plus intervenir dans les affaires internes d’autres pays. Sans cette présence active, de l’épiscopat vénézuélien, soutenu par l’État du Vatican, l’opposition et l’empire, ne ferait pas ce qu’ils font présentement. Il n’y aurait pas de crises au Venezuela

Le Vatican, est-ce le pape , ou toutes autres institutions cachées ?
Un parfait personnage, le représentant de l’horloger ici-bas , idoine créature ,que l’on adoube pour ses qualités morales ?

Le pape ; un artifice,une relique ridicule,aucun doute pour ma part.

Un Pape de cérémonie en sorte, puisque ses « divisions faisaient défaut »...quand il fallait montrer les dents...loin de Urbain II...raccourcis...

Non Monsieur Fortin , l’Eglise n’oublie rien ,ne se condamne à rien...
Elle condamne...s’adapte les lèvres pincées quand surgit « une vérité sociétale »...surtout ne rien corriger , qui pourrait lui nuire...Le sens du poil, , remarquez bien : il n’est pas dit pubien le poil...
1870 Infaillibilté pontificale...Et tout le bien être qui va avec...

ll n’y a pas un bonhomme pourpre dans ce Va-ty-Khan , qui n’ait les mains blanches.
Sinon, merci monsieur Fortin.

J’aime votre pensée.
Cordialement,


Voir ce commentaire dans son contexte