Commentaire de Taverne
sur « Je pense, je suis ». Mais « qui suis-je ? »


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Taverne Taverne 8 août 2019 15:05

@McGurk

« Or, j’ai surtout l’impression qu’elle ajoute à cette complexité déjà existante. »

Je suis d’accord. Il faut savoir éclairer nos choix.

Nous savons, souvent par intuition (1), en premier lieu ce que nous ne voulons pas.

(1) Intuition est à prendre au sens éclairant de Descartes : ce qui perçu de façon claire et évident par la conscience au sens le plus profond du mot de conscience.

Mais, avoir dit cela ne suffit pas car souvent nous écartons des choix par ignorance ou manque d’éclairage sur les enjeux de ces choix. C’est la volonté qui doit rejeter, pas l’humeur. Il ne faut pas confondre la volonté, acte de liberté de l’être pensant, avec le caractère (cette chose forgée par le dehors). Donc, notre pensée libre doit examiner avec clarté et évidence les choix avant de laisser la (libre) volonté les rejeter.

Le choix se fait d’abord par négation (rejet des mauvais choix). Ce première étape se fait par la double opération de la « raison éclairée » (prendre le temps d’une connaissance complète et d’entendre les avis compétents) et de la « raison éclaircie » (rejeter tout le trop-plein).


Voir ce commentaire dans son contexte