Commentaire de Taverne
sur « Je pense, je suis ». Mais « qui suis-je ? »


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Taverne Taverne 10 août 2019 16:54

@popov

1 Descartes a modifié par la suite son énoncé en ôtant le « donc » pour bien faire comprendre qu’il n’y a pas de lien de cause à effet et que l’être et la pensée sont concomitants et indissociables. Il n’y a pas un élément qui précède l’autre, ils ne font qu’un. Ainsi, le cogito reformulé en ’je pense, je suis," est comme l’atome : une vérité qu’aucun argument et qu’aucune force ne pourra jamais désintégrer. N’est-ce pas une belle chose ?

2 Descartes ne ressentait aucun besoin de se prouver à lui-même qu’il existait. Il voulait atteindre la vérité en supprimant tout ce qui est faux ou douteux. Atteindre la vérité pour remplacer le soi-disant bon sens (dont il se moque au début de son Discours de la méthode) par la pure raison, car la raison aidera l’Humanité.


Voir ce commentaire dans son contexte