Commentaire de Nicole Cheverney
sur François Asselineau, un profil atypique


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Nicole Cheverney Nicole Cheverney 11 août 2019 19:35

@JL

Bonsoir, si cette clause de retrait n’avait pas été rajoutée sur l’insistance de l’ONU, l’UE aurait été une sorte d’État totalitaire comme il en existaient derrière le rideau de fer, du temps de l’ancienne URSS ! Car enfermer 28 Etats sans laisser de possibilité d’en sortir, cela s’appelle totalitarisme, dictature !
Ce que j’ai nommé « faille », c’est ce petit interstice, l’article 50 dans un bloc juridique fermé et compact des traités européens. Cet interstice que j’ai appelé « faille » permet à un État de claquer la porte. Cela prend deux ans, mais grosso-modo, cela libère.

Pour l’État qui veut respecter les traités internationaux, comme l’Angleterre est en train de le faire, on passe par l’article 50,

On peut aussi forcer le barrage, en faisant la révolution et faire tabula rasa. De tout ! Évidemment, cela implique d’autres moyens que pour l’instant, nous n’avons pas encore à notre portée, sinon le mouvement des gilets jaunes, et je remarque que c’est surtout Macron qui fait la sienne, de révolution, en actionnant tous les moyens les plus radicaux à sa disposition contre le peuple dans la rue qui se fait martyriser.

Vous parlez d’illégalité, mais quid du décret Valls qui si l’on approfondissait la question invaliderait la Constitution de la 5eme république, en ayant par ce décret incroyable mis sous tutelle la justice directement sous l’exécutif, au mépris du grand principe d’indépendance des trois pouvoirs : exécutif, législatif et judiciaire.
L’illégalité est partout et ce qui me parait très grave, c’est que personne ne s’empare de ce problème pour le dénoncer.
Le seul qui ait du courage, finalement dans ce pays, c’est encore Asselineau qui réfléchit suffisamment aux conséquences, dans le monde complexe et d’insécurité sociale où nous vivons, pour proposer une porte de sortie légale ! au milieu de cette marée d’illégalité que sont devenues nos institutions mises à mal par ce qu’à juste titre vous avez relevé, dans votre commentaire ce matin : le capital.
Vous m’avez cité Lordon, je vous renvoie à ce sujet à l’excellentissime Francis Cousin sur Marx, Hegel. Un logos extraordinaire sur le Capital et qui nous éclaire.


Voir ce commentaire dans son contexte