Commentaire de Claudec
sur Lettre ouverte au pape François


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Claudec Claudec 11 août 20:00

Tous les pouvoirs, à commencer par le regieux, ont toujours été moins préoccupés du bien-être que du nombre de ceux sur lesquels ils se fondent et qui les nourrissent en échange du bonheur qu’ils leur prommettent ici-bas ou ailleurs.

Qu’il s’agisse de fidèles, de sujets, d’électeurs, de partisans et autres citoyens, il n’est pas de collectivités, quelles qu’en soient la nature et la dimension, qui ne se comportent en conséquence, dans une connivence d’où est née la prolifération humaine. « Il n’est de richesse que d’homme » n’est pas une formule dénuée de sens.


Voir ce commentaire dans son contexte