Commentaire de Meursault
sur Molar City, l'autre flux migratoire


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Rantanplan Meursault 14 août 2019 16:19

le paradoxe, c’est que ce sont les impôts des contribuables mexicainsqui financent un système dont bénéficient des citoyens américains dont le gouvernementironise sur les le rôle des services publics qui doivent laisser au privé tout ce qui est « marchand », car pour les libertariens, même la santé et l’éducation sont « marchands » !


Voir ce commentaire dans son contexte