Commentaire de Daniel PIGNARD
sur Atolls du Pacifique : la grande supercherie des écolos


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 20 septembre 2019 14:07

Sur le réchauffement climatique dû à l’homme : www.pensee-unique.fr 

http://www.pensee-unique.fr/theses.html  

Ils aiment vous berner les scientifiques et vous en redemandez.

Les scientifiques sur l’Antarctique annoncent 3270 m de glace = 800 000 ans (Est Rép 15 mai 2008), soit 1 m = 245 ans. Sauf que sur le Groenland, un avion chasseur P-38 a été retrouvé à 75 m sous la glace après seulement 46 ans.

Donc très grossièrement, 3270 m dans l’Antarctique = 3270/75*46 = 2005,6 ans. A comparer aux calculs des scientifiques officiels qui trouvent 800 000 ans sans avoir vérifié comment se formaient les strates. De bien piètres scientifiques en vérité puisqu’ils ne vérifient pas leurs hypothèses pourtant facilement vérifiables, l’histoire du P-38 en est la preuve.

http://p38assn.org/glaciergirl/recovery.htm

 

Les datations sont en fait très fantaisistes

Les études de carottes de glace du « Global Invasive Species Programme », de Camp David, de Vostok et de tous les autres, s’appuient sur le paradigme qu’une couche équivaut à une année. Toutes les analyses isotopiques et chimiques assument cette délimitation fondamentale. La citation révélatrice vient de l’organisateur de l’expédition, « Richard Epps ». Il déclare singulièrement, « Qui vous a dit qu’une couche équivalait à une année ? Nous avons creusé à travers cinquante ans de temps et avons trouvé des milliers de couches dans 250 pieds ».

 http://pleinsfeux.org/antarctique/#.U6AX3ii0OJs

 

Quant au continent de Mû, il pourrait bien s’agir de la dorsale du Pacifique qui s’était élevée en -2337 pour provoquer le déluge mais qui s’est affaissée ensuite on ne sait pas trop quand, alors qu’on sait quand la dorsale de l’Atlantique, laquelle s’est élevée en -2236 pour provoquer la dérive des continents, s’est affaissée en -1540 comme le relate Platon pour l’engloutissement de l’Atlantide.

Voir ce commentaire dans son contexte