Commentaire de cettegrenouilleci
sur « Gauchisme » versus « Front Unique Ouvrier »


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

cettegrenouilleci 24 décembre 2019 19:58

Bonjour Jean

Bel article, centré sur les enjeux qui préoccupent au premier chef les classes laborieuses et tous les patriotes de ce pays.

Quelques observations sur les propositions que tu mets en avant :

Il y a deux obstacles de taille à la mise en place d’un gouvernement de front ouvrier PCF/FI/PS, même en mettant de côté le discrédit de ces organisations auprès des couches populaires et des salariés dont ils sont sensé défendre les intérêts vitaux desquels ils se sont détournés. [ pour apporter leur concours à l’asservissement de notre peuple par l’oligarchie euro-atlantique en soutenant l’enfermement de notre pays dans la dictature de l’UE : machine infernale mise au point par l’oligarchie pour se libérer de toutes les entraves nationales à l’exploitation sans limites des travailleurs, et pour piller à leur guise les ressources de chacun des pays de l’UE].

Ce faisant, ces organisations se sont mises dans l’impossibilité de défendre et de représenter ceux qui les avaient dûment mandatés pour le faire, que ce soit en participant aux affaires d’un gouvernement « de gauche » ou en combattant la politique du pouvoir en place. Les dirigeants de ces organisations ont trahi le peuple et la nation. A ce jour, aucune de ces trois organisations n’envisage de changer de cap et toutes les trois ne proposent rien d’autre que d’aller plus avant dans la trahison et dans l’enfermement de notre peuple dans la machine à broyer les outils que les peuples se sont donnés, dans le cadre de leurs nations respectives, pour défendre leurs intérêts vitaux et leur droit à une vie digne.

Le peuple se réfugie désormais massivement dans l’abstention ou dans un vote purement protestataire ( RN, parti animalier...) n’offrant pas d’alternative crédible, exprimant ainsi avec les seuls outils dont il dispose [les citoyens n’ayant semble-t-il pas le droit que savoir que l’UPR existe, a beaucoup d’explications à donner et de propositions à faire] le blocage de la situation politique du pays et l’impasse politique dans laquelle il a été enfermé malgré lui.

Si, pour le peuple, l’intérêt et l’opportunité de constituer un front ouvrier est incontestable, il va être bien difficile de lui vendre un discours prônant l’élection d’un parlement et la constitution d’un gouvernement que piloteraient ensemble le PCF, la FI et le PS . Les Français ont hélas appris à leurs dépens qu’ils ne pouvaient faire confiance , en l’état actuel, à ces organisations et à leurs dirigeants.

Comment envoyer des élus PCF/FI/PS siéger à l’assemblée pour redresser la situation du pays en commençant par briser les chaînes qui l’étranglent , donc en sortant le plus rapidement possible de l’UE, de l’euro et de l’Otan, alors même que cet impératif catégorique de la sortie de l’UE est rejeté par ces trois organisations et par leurs dirigeants, alors même que le peuple lui même n’a pas encore compris -la propagande des européistes de tous acabits étant envahissante, omniprésente et très efficace qu’aucun des problèmes du pays ni des difficultés des travailleurs ne trouvera de solution tant que la France restera piégée dans la dictature de l’UE.

C’est aux assemblées populaires, aux comités de grève, aux assemblées de travailleurs en lutte pour leurs revendications qu’il faut demander de désigner des candidats dignes de leur confiance pour poursuivre la bataille sur les sièges de l’assemblée et à la tête du gouvernement. Si on invite le peuple à s’en remettre une fois de plus aux directions faillies des « partis de gauche » pour désigner les candidats et les proposer au vote populaire, il est fort probable que l’échec électoral sera encore plus retentissant que lors des derniers scrutins.

Bizarrement, tu cantonnes l’UPR à ne jouer dans un premier temps qu’un rôle d’aiguillon extérieur et, semble-t-il, à faciliter sans contrepartie aucune l’avènement d’une majorité et d’un gouvernement « ouvrier » PCF/FI/PS.

Tu indiques également que durant toute cette période transitoire où le peuple « fera son expérience » sans pouvoir régler aucun des problèmes puisqu’on sera toujours dans l’UE, dans l’euro et dans l’Otan, l’UPR devra rester ouverte à un « CNR » plus large dans lequel pourraient s’insérer les Gilets Jaunes et d’autres.

Cette ouverture là existe déjà. Tous nos compatriotes y sont les bienvenus dès lors qu’ils reconnaissent la pertinence du cap fixé et du rassemblement populaire majoritaire qui est nécessaire pour l’atteindre ainsi que le définit très clairement la charte de l’UPR.

Il faut faire comprendre à tous nos compatriotes, et en particulier aux plus démunis, aux plus exploités, aux plus spoliés, aux plus malmenés par la politique suivie au seule bénéfice de l’oligarchie -via la machine infernale de l’UE que l’UPR est le meilleur outil dont ils disposent pour comprendre ce qui leur arrive, pour organiser la résistance et passer à la contre-offensive sans renoncer à leurs idéaux, à leurs différences, à leurs divergences d’appréciation sur toutes sortes d’enjeux et de questions importantes mais secondaires, afin de tirer tous ensemble dans le bon sens pour faire sauter le verrou principal qui décide de tout le reste : sortir d’abord et au plus vite de la dictature de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, rétablir notre indépendance nationale, notre monnaie, la maîtrise de nos outils de production etc...

Je n’ai pas le temps de relire. Merci de bien vouloir excuser les formulations maladroites, les raccourcis et les longueurs superflues.

Joyeux Noêl à toi et à tous les lecteurs.

Félicitations pour la qualité de ton travail militant. Bon courage pour la suite.

Gérard


Voir ce commentaire dans son contexte