Commentaire de Jean Dugenêt
sur « Gauchisme » versus « Front Unique Ouvrier »


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jean Dugenêt Jean Dugenêt 26 décembre 2019 10:18

@cettegrenouilleci
Bonjour Gérard,
Je te souhaite de bonnes fêtes de fin d’année. Elles sont déjà entamées un peu partout mais il n’est pas trop tard. J’ai vu ton post hier soir mais je n’ai pas eu le courage d’y répondre. J’y reviendrai ultérieurement. Je voudrais venir à ce qui me semble essentiel.
Sur le mouvement social actuel, j’ai déjà dit que, si nous en sommes là, c’est essentiellement puisque les appareils syndicaux se sont fait déborder par la grève de la RATP. Il y a en effet chez eux un noyau dur comme en témoigne le texte que j’ai déjà cité.
Je me sens très proche de celui qui a publié ce texte et j’ai un peu discuté avec lui. Il a comme moi fréquenté les lambertistes et il a connu les mêmes déception que moi. Nous faisons les mêmes critiques à propos des groupes qui subsistent (POID, CPS...). Cependant, il ne veut pas me suivre à l’UPR et, pour se justifier, il m’a donné tout le CV de FA, « ami de Pasqua et de Tibéri », etc. J’ai essayé en vain de développé mon point de vue en comparant FA et le Général De Gaulle qui fut un fieffé anticommuniste. Nous en sommes là mais j’essaie de le suivre... Je raconte ça seulement pour dire que ce sont des gars comme lui qui ont lancé la grève de la RATP et nous voyons qu’ils sont inquiets actuellement à propos de la suite du mouvement.
Je reviens maintenant à la question d’un gouvernement provisoire PCF, PS, FI. Tu as peut être remarqué avec la photo jointe à l’affiche que le journal trotskiste « La Vérité » a déjà eu l’occasion par le passé de faire une proposition similaire. A l’époque il s’agissait d’un gouvernement PCF, PS. Les mêmes discussions que celles que nous menons ont déjà eu lieu.
Je t’invite maintenant à visualiser une vidéo de Frederic Lordon. Je ne suis pas un fan mais, il s’agit d’un sociologue et économiste intéressant puisqu’il fait partie du groupe des « économistes atterrés ».
Il dit « un gouvernement Mélenchon serait KO debout avant même d’avoir posé sa première fesse dans le fauteuil présidentiel ». A l’évidence, il ne parle pas d’un gouvernement Mélenchon faisant tranquillement sa politique à la Tsipras. Il parle d’un gouvernement Mélenchon du type de ce que je propose. Un gouvernement d’unité ouvrière amené par un mouvement social. En économiste, il se situe du point de vue des capitalistes pour lesquels ce serait inadmissible. Il évoque un moment où l’idée aurait été avancée qu’une victoire de Mélenchon était possible en 2017. Je ne me souviens pas de cela mais admettons... Si cela c’était produit, il y aurait eu, dit-il, une tempête financière avant même le deuxième tour opposant Mélenchon et Le Pen. En même temps, il indique la solution. Pour éviter le « KO debout » un tel gouvernement ne peut tenir que s’il a derrière lui "Une insurrection à caractère quasi révolutionnaire".

C’est bien ce que je propose avec un gouvernement provisoire PCF, PS, FI qui du point de vue des masses populaires doit commencer par sortir la France de l’UE.

Quand la journaliste fait remarquer : "L’insurrection ne remplit pas les caisses de l’Etat (...) ça ne règle pas le problème structurel, économique« , il répond : »ça recoule le problème économique dans des cadres absolument inédits". Il me rejoint donc complètement. Les milliardaires et les banques qui voudront jouer au rapport de forces auront alors un adversaire d’une autre nature. Il faudra alors une insurrection populaire pour prendre des décisions à la mesure de la situation. Elles auront obligatoirement un caractère révolutionnaire du genre :

— Effacement de la dette ;
— Nationalisation des banques ;
— Les grands médias au service du peuple ;
— Mobilisation de l’armée et de la police pour la défense de la démocratie ;
— Création de milices populaires ;
— Expropriation sans indemnité ni rachat de tous les milliardaires qui veulent jouer aux cons...

Je pense que Frédéric Lordon exprime bien ici le point de vue des milliardaires et des banques au regard de ma proposition qui est ce qu’ils craignent le plus avec aussi, et allant dans le même sens, la création d’un Comité Central. Ce serait probablement au Comité Central de prendre ce genre de décisions dans une situation de double pouvoir.

Je m’en tiens là et j’essaierai de reprendre plus tard tes arguments.


Voir ce commentaire dans son contexte