Commentaire de njama
sur L'arnaque du coronavirus : qui va payer ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

njama njama 13 février 12:12

La grippe fait passer de vie à trépas soit des personnes fort âgées entre les 3/4 et les 4/5 des décès, ou des personnes immunodéprimés, souffrant de diverses pathologies, diabète, maladies cardio-vasculaires, etc...

Mais c’est sûr que si l’on dit qu’elle ne tue que quelques centaines de personnes par an, ce qui démontrerait pour le moins l’inefficacité du vaccin (rapport coût/bénéfice) et son inutilité, c’est la vaccination contre la grippe qui va agoniser et mourir de mort naturelle smiley

C’est je pense pour faire prospérer cette pratique supposée préventive que Santé Publique France l’agence nationale de santé publique, établissement public administratif sous tutelle du ministère chargé de la Santé publie des chiffres plus « alarmistes » de quelques milliers de morts / an

Par exemple ce BEH nous dit que pour la saison 2018-2019 "Cette épidémie a également été marquée par une surmortalité importante compte tenu de sa courte durée, avec environ 8 100 décès attribués à la grippe.

http://beh.santepubliquefrance.fr/beh/2019/28/2019_28_1.html

Cependant quand on prend la peine de lire le document on découvre que les chiffres du BEH sont tirés de modélisations statistiques basées sur un excès de mortalité toutes causes confondues et tous âges confondus ...autant dire que ce n’est pas beaucoup plus fiable que les prévisions météo. Des estimations d’estimations ce n’est pas de la science ! Je cite :

Surveillance de la mortalité globale toutes causes confondues

Au niveau national, un excès de mortalité toutes causes et tous âges confondus a été observé entre les semaines 01/2019 et 09/2019, estimé à environ 13 100 décès. Parmi ces décès toutes causes en excès, 12 300 décès sont survenus au cours de l’épidémie de grippe (semaines 02 à 09), nombre inférieur à celui observé en 2016-2017 (21 200 décès) et 2017-2018 (17 900 décès). L’excès de mortalité, estimé à +11,8% au niveau national, a concerné essentiellement les personnes âgées de plus de 65 ans et a particulièrement touché les régions Bourgogne-Franche-Comté (+12,3%), Corse (+13,9%), Hauts-de-France (+14,2%), Île-de-France (+13,7%), Normandie (+15,7%), Occitanie (+14,8%) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (+14,5%).

Surveillance de la mortalité attribuable à la grippe

Le modèle statistique développé par Santé publique France depuis la saison grippale 2016-2017, a permis d’estimer à 8 117 (IC95% : [6 854-9 380]) le nombre de décès attribuables à la grippe au cours de l’épidémie (semaines 02 à 09), dont 84% sont survenus chez des personnes âgées de 75 ans et plus, soit 6 784 [5 605-7 963] décès. Comparé à l’excès de mortalité toutes causes observé au cours de l’épidémie de grippe, le modèle permet d’estimer qu’environ 70% des décès en excès survenus pendant l’épidémie grippale 2018-2019 peuvent être attribués à la grippe, valeur comparable à ce qui a été observé au cours des précédentes épidémies grippales.

Ces estimations du nombre total de décès attribuables à la grippe lors de l’épidémie 2018-19 étaient nettement inférieures à celles obtenues par le même modèle pour les épidémies de 2016-2017 (14 358 décès) et 2017-2018 (12 982 décès). Toutefois, le nombre de décès cumulés par semaine épidémique était chaque semaine supérieur à celui estimé tous âges confondus au cours des huit premières semaines de l’épidémie 2017-2018 (figure 8a), et à celui estimé au cours des huit premières semaines des épidémies 2016-2017 et 2017-2018 chez les personnes âgées de moins de 75 ans (figure 8b).

http://beh.santepubliquefrance.fr/beh/2019/28/2019_28_1.html


Voir ce commentaire dans son contexte