Commentaire de eric
sur Ukraine – Un expert propose de vendre les terres aux Américains pour se protéger de la Russie


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

eric 13 février 13:06

Cela simplifierai les choses. En Russie, les étrangers utilisaient, quand je m’intéressai un peu à la question, des prête-noms pour acheter des terres, et ce n’est pas toujours simple et sur….J’imagine que c’est toujours le cas.

Avec la simplification de la naturalisation, et la politique de Poutine d’ouvrir grand les portes aux russes émigrés, la facilitation de la double nationalité (prévue pour Mai ?), la Russie va parvenir au même résultat que l’Ukraine, prolongation des investissements d’argent de l’étranger dans les terres russes, mais de façon ouverte, tout en ayant une corde de rappel.

Comme par le passé, l’Ukraine devrait suivre l’exemple Russe.

En ce qui concerne Mannerheim, c’est quand même avant tout un officier de l’armée russe tzariste et un grand humaniste et assez Germanophobe, pour avoir combattu héroïquement contre les allemands pendant la première guerre. Il est notable qu’en chaque occasion, il s’opposa dans la mesure du possible, aux politique de massacre, de camps, quelle que soient les couleurs ( roues, blancs) et à l’influence allemande. Donner son nom à la ligne de défense contre les bolcheviques, fût une sorte de lot de compensation, quand il fut écarté du pouvoir. Sans doute pour le remercier d’avoir sauvé le pays des rouges et des russes et assuré ainsi l’indépendance.

Par la suite, Mannerheim, fit comme les soviétiques, il s’allia avec les allemands en tant que de besoin et faute de choix et se retourna contre eux dés qu’il en eu la possibilité. Il faut dire que dans le cadre de l’alliance collaborationniste entre socialisme nationaliste et internationaliste, Hitler faisait cadeau à son pote Staline de la Finlande indépendante…(Aout 39, pacte germano soviétique, agression sauvage de la Finlande par les collaborateurs soviétiques d’Hitler, novembre 39 ).

Bon sang ne saurait mentir, les bolcheviques russes avec Lénine avaient déjà fait cadeau d’une bonne partie de l’Ukraine aux allemands dans le temps. D’un autre côté, il lui avait fait le transport et l’argent de poche. La reconnaissance du cœur… ?

N’oublions jamais que la collaboration avec les Nazis, ce fut d’abord l’Union soviétique. Et eux, n’étaient ni battus, ni occupés. Les finlandais sont bien placé pour en parler.

Il faut regarder « Talvisota », le feuilleton finlandais sur la guerre contre les envahisseurs génocidaires bolchéviques. Il y a une version en russe, et, j’imagine, en anglais. 

Il y a un moment très émouvant quand les héroïques soldats finlandais, arc-bouté sur la ligne Mannerheim, chantent des cantiques protestant pour Noël, afin que les « Ivan » en face sachent que chez eux, Dieu a encore droit de citée.

L’arrière grand père de mes enfants fut médecin militaire dans l’armée rouge pendant la première guerre de Finlande. a entendre les récits familiaux, on en vient parfois à se demander si la disparition des soldats russes dans ce conflit n’était pas un but recherché en tant que tel par le pouvoir. Il est vrai qu’on peut se poser la même question pour pas mal de batailles comme Rjev, illustrement méconnue, une de ces opérations avec plus d’un million de pertes pour rien.

Alors que tant en Ukraine qu’en Russie, on ne doit pas être loin d’un majorité des populations qui ont des ascendances croisées ukrainiennes et russe, on se demande à qui servent vraiment ces discours de stigmatisation qui veulent dresser les uns contre les autres.

En réalité, seuls les américains auraient vraiment intérêt à une détestation entre ces peuples frères, dans la logique de la politique voulant affaiblir le bloc slavo-russe.


Voir ce commentaire dans son contexte