Commentaire de Emile Mourey
sur Du prêcheur pacifique au chef de guerre, Mahomet n'a jamais dit ou pensé que les musulmans devaient islamiser le monde...


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Emile Mourey Emile Mourey 26 février 12:32

@Pascal L

Je vous repose la question que j’ai posée à Olaf.

Concernant l’affaire des deux feuillets, vous réfutez leur ancienneté, en particulier en raison du type de ponctuation ; peut-être, mais il s’agit là d’un argument très fragile que, pour ma part, j’écarte systématiquement. Plus crédible est la pensée qui se trouve dans ces feuillets. Rien de révolutionnaire ; tout ce qu’il y a de plus biblique et de plus chrétien jusque dans les légendes (cf Leila Qadr), sauf qu’il s’y trouve le refus catégorique que Dieu ait pu avoir un fils. On peut même dire que Mahomet était au départ chrétien mais un chrétien anti-concile de Nicée. Les reprises du Protévangile de Jacques et de l’évangile du pseudo Matthieu en sont les indices sérieux. Ce n’est pas en contradiction avec ce que vous écrivez. Nous avons là un Mahomet du début, bien différent de celui de Médine, un Mahomet que, moi, je vois à La Mecque, non pas parce que c’est un bourg important mais parce que c’était un lieu mystique de pèlerinage. C’est là notre différence.

Mais revenons à nos feuillets et à la légende des sept dormants. Cette reprise par le Coran (qui, peut-être, n’était à ce moment là que la continuation du Livre), ne peut s’expliquer que si cela nous amène à la date de naissance du Prophète en 550, ce qui s’accorde avec la date du décès en 553 du vice-roi de la bataille de l’éléphant et non 570. Nous avons là plus qu’un indice, une parole du Coran lui-même, qui demande à être approfondie, ce que j’ai fait dans mon dernier article. Quand je dis « Coran », je pourrais tout aussi bien dire « Livre », de même qu’Allah est une autre mot pour dire Dieu.

Qu’en pensez-vous ?

Je ne prendrais même pas la peine de justifier ma position ???? Sept livres et plus de plus de 400 articles.

Avant qu’Abraham fût, moi, JE SUIS. »(Jean 8, 58)... qui dit le contraire si Jésus est esprit. Enoch ne voyait-il pas le Fils de l’homme à la droite de Dieu ?

Merci pour votre commentaire.


Voir ce commentaire dans son contexte