Commentaire de nono le simplet
sur Le drame de MERS EL KEBIR - Partie N° 1


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

nono le simplet nono le simplet 26 février 2020 13:15

@Nicole Cheverney
cette époque me passionne aussi, mon père était un marin, un sous marinier plus précisément, chef mécanicien, deux fois décoré de la croix de guerre, embarqué sur le Casabianca, un des sous marins qui s’échappe de Toulon en 42 ... féru d’Histoire ...
bizarrement, peut être, il n’imputait pas le désastre de Mers El Kébir aux anglais et encore moins à Churchill mais à la rigidité et à l’orgueil du commandement de la marine française ... il faut dire que les sous mariniers étaient plutôt des corsaires comme l’était son célèbre commandant Jean L’Herminier qui décide, en accord avec son équipage, de désobéir en 42, à Toulon, aux ordres de sabordage et de fuir en Algérie ... il reçut plus tard un Jolly Roger, pavillon pirate, des mains d’un amiral anglais et le kiosque du sous marin est exposé à Bastia encore de nos jours ...
ce sont ces hommes là qui méritent que l’Histoire les retienne et non les amiraux tels que Gensoul à Mers El Kébir ou De Laborde à Toulon ...


Voir ce commentaire dans son contexte