Commentaire de McGurk
sur Louis XVII, l'enfant du temple ; son portrait authentique mais oublié. Le crime de la République


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

McGurk McGurk 12 mars 01:31

@velosolex

Une fois partie, elle n’est plus maitrisable par des bonnes paroles, et ses excès sont consensuelles.

Je ne suis pas d’accord.

Ce processus que vous décrivez a été enclenché non pas par les révolutionnaires mais par une frange minoritaire et extrémiste qui cherchait la vengeance et pensait, à tort, que désigner un coupable idéal serait la solution à tous leurs problèmes.

On ne serait certainement pas passé par la Terreur si ce groupe avait été évincé ce qui, dans les faits, aurait sauvé pas mal de vies et peut-être permis que notre pays s’en sorte mieux.

Nous avons le même exemple aujourd’hui avec EM. Un groupe très minoritaire qui utilise de la « dynamite » pour exploser ce qui reste du système social français et de l’Etat providence.

A la place d’un Etat pourri, on a maintenant un Etat de la Terreur et de la collaboration (UE, USA, Allemagne, etc.).

La famille de LXVI a failli échapper à la peine de mort à quelques voix près (comme quoi certains avaient encore une conscience). Tout comme il était inutile de tuer le Tzar et sa famille surtout pour en recréer un dans le monde politique (en ce moment Poutine).

Quand les idées du temps prennent trop d’avance sur les dirigeants, et l’ordre bourgeois qu’ils génèrent, arrive souvent ce mouvement physique de révolution

L’idée d’égalité et d’évolution de la société est aussi vieille que la République française. Les dirigeants de notre pays ont, par intérêt, choisi à la fois de tuer ce modèle mais en plus de revenir au temps des privilèges et de l’unilatéralité.

Parce qu’il est plus facile d’ordonner que de concilier les points de vue, d’humilier que rassembler, de détruire que de construire quelque chose d’utile. On ne construit pas d’avenir en détruisant une base conceptuelle saine (pas exempte de défauts c’est certain).


Voir ce commentaire dans son contexte