Commentaire de McGurk
sur Les banlieues prennent feu, dans l'indifférence totale médiatique et politique


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

McGurk McGurk 24 avril 2020 13:54

Je suis étonné qu’encore une fois vous parliez des « banlieues qui craignent ».

Effectivement, même si j’en viens encore à me répéter, tous les problèmes actuels de notre société viennent d’une seule et même source. L’Etat abandonne une à une toutes ses principales fonctions.

Et là, je ne parle absolument pas de « faire régner l’ordre ». Mais surtout deux choses essentielles qui n’existent plus du tout dans ces quartiers (et en France) : donner un avenir aux gens/encadrer la société comme c’était autrefois le cas.

Prenons l’exemple de l’encadrement (dans le cadre de la crise actuelle). Mensonges journaliers honteux du gouvernement, flou total sur les démarches à suivre, autoritarisme et paternalisme à outrance, mépris des règles élémentaires de sécurité pour un choix de politique du chaos et du contrôle via la diffusion de nouvelles mensongères ou volontairement très erronées, perte des quelques libertés civiles qu’il nous restait, etc.

Maintenant, ajoutons cela au cadre des « quartiers qui craignent ». La politique depuis toujours est de balancer des poignées de fric à la tête des gens qui gueulent le plus fort (valable pour tous les Français quel que soit le quartier) sans vouloir faire quoi que ce soit.

Aucun désir d’aider cette population. A savoir détruire les vieux ensembles de cités pour en faire des environnements viables et agréables, ramener les entreprises au plus près afin de développer l’emploi qui signifie, justement, intégrer ces gens.

Actuellement, on cloître des « pauvres » dans des clapiers (datant souvent des années 60/70) et on quadrille le tout avec la police qui n’en est plus à une bavure près, de toute manière ils ne sont pas payés pour réfléchir mais agir (paradoxe ?). « Qu’ils ferment leur gueule » comme disait ce traître de Cohn-Bendit, de toute manière ils n’ont pas le droit à la parole.

Je vous le demande donc : qui, dans un contexte exécrable, pourrait se sentir français ? Pour ma part, c’est bien mon cas et je me sens encore moins citoyen (mot qui ne signifie plus rien non plus).

Respecter un confinement alors qu’il n’y a aucune stratégie et que l’Etat vous a abandonné depuis un bail ? Et on s’étonne qu’il y ait des émeutes tout le temps ?

En définitive, ces lieux sont les laboratoires de ce qui se passera à grande échelle dans notre pays. Le chaos organisé par une classe mondialiste qui souhaite détruire les structures essentielles à la population pour être les rois d’un jour.


Voir ce commentaire dans son contexte