Commentaire de moderatus
sur Le Mythe d'une Europe fédérale est mort, seule une Europe des Nations est envisageable


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

moderatus moderatus 7 mai 2020 14:46

@samy Levrai

Chronique ordinaire de l’euro fascisme, nouvel plaidoyer pour une autre Europe ... Pendant le confinement l’escroquerie continue.

==========================================================
Bonjour, 
Eurofacisme, je ne comprends pas de quoi vous parlez.

Quand à l’escroquerie ,vous avez raison,, elle vient de ceux qui veulent nous vendre une Europe fédérale, Désir de Macron depuis qu’il est candidat.

Quand on voit la déliquescence de cette U.E dès la moindre difficulté on sait , que c’est un leurre.

Opinion | Le coronavirus peut tuer l’Europe

« La communauté des Etats subit depuis 2008 une série de chocs économique, social, environnemental et maintenant sanitaire. Tous ces phénomènes alimentent la tentation du repli sur soi, partout dans le monde, écrit Philippe Crevel. Si l’Europe ne conjure pas ces menaces en son sein, elle risque de périr de sa désunion.

L’Union européenne était, jusqu’en 2005, une construction permanente. Avec l’échec du référendum constitutionnel et face au défi des migrations et au changement de politique des États-Unis et la mondialisation, l’Union est à l’arrêt. Les forces autodestructrices sont de plus en plus vives et ont déjà entraîné le départ d’un de ses principaux membres, le Royaume-Uni.


La crise sanitaire peut être un accélérateur de la déliquescence de l’idée européenne si les États n’arrivent pas à mettre en place des mesures de santé publique et des mécanismes d’aide économique communs. En 1991, la question du choc asymétrique avait été éludée au moment de l’élaboration finale du Traité de Maastricht. La constitution de fonds de soutien, de dispositifs de soutien conjoncturel communautaire avait été récusée. Aujourd’hui, avec une crise qui frappe au même moment tous les États, tant au niveau de l’offre que de la demande, la solidarité européenne est, plus que jamais, une impérieuse nécessité. »


Voir ce commentaire dans son contexte