Commentaire de I.A.
sur L'hygiénisme : une bombe à retardement


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

I.A. 19 mai 2020 14:26

@Octave Lebel

Merci pour cet exemple, qu’il s’agit de bien relativiser :

En 69-70, les salles-de-bains n’étaient pas encore monnaie courante dans les campagnes françaises, et les WC se situaient au fond du jardin la plupart du temps. Ce n’était (et je ne suis pas sûr de devoir parler au passé) pas mieux dans les loués des derniers étages de nos immeubles Haussmanniens…

Lorsqu’il s’agit d’appréhender une situation, il est effectivement judicieux de la comparer à d’autres, semblables par leur nature, mais également dans le temps et l’espace. Ceci jusque dans le moindre détail.

S’agissant de notre glorieux coronavirus, quand votre médecin vous guérira par un simple arrêt de travail agrémenté d’une aimable exhortation à manger plus de fruits et légumes, je crois que le salarié Chinois tentera jusqu’au bout de satisfaire son employeur. Je dirais qu’en Chine (comme dans d’autres pays dits démocratiques), l’arrêt maladie individuel n’existe pas : il est collectif, et ça s’appelle alors confinement... Oui, c’est bien du droit du travail dont il est question ici, et qui favorise la guérison dans telle région du monde, tandis qu’il conduit rapidement à la mort dans une autre. Idem pour l’hygiène des années 70 du siècle dernier, et l’hygiène des années 20 de notre siècle. Ou les systèmes de santé des différents pays européens… La population totale, également, explique d’elle-même pourquoi il y a plus de mort en Chine ou aux États-Unis qu’en France ou en Suède. C’est mathématique, quand on ne connaît pas le nombre d’asymptomatiques et qu’il n’y pas de traitement miracle.

Tout est dans le détail, et lorsqu’on les additionne les uns aux autres, on s’aperçoit vite que peu de choses sont comparables. Les journalistes semblent l’avoir définitivement oublié.


Non, je n’ai pas de compétences particulières, et sachez au contraire que vous formez à vous tous un redoutable think tank. Étant systématiquement affligé par les « prouesses » de mes semblables, je ne suis pas quelqu’un qui recherche le contact, et n’avait fait jusqu’à présent que survoler vos différents débats. Mais là, il semblerait que la machine se soit emballée et que l’humanité entière soit en plein délire. Mon épouse et moi-même nous sommes toujours plus ou moins tenus prêts à partir dans un autre pays, pour cause d’incompatibilité de régime politique. Mais aujourd’hui, c’est la planète entière (ou presque), qui délire !


Je vous renvoie maintenant au premier post d’Extra Omnes. L’hygiénisme, c’est à la fois un ensemble de pratiques et un état d’esprit. Les pratiques, on les connaît désormais. Pour les plus illuminés d’entre eux, il faut savoir que c’est aussi l’appareil à filtrer l’air dans les chambres, le filtre à eau, les produits contre les acariens (les caca-riens, comme dirait Xana), et j’en passe. Par suite, l’hygiénisme devient logiquement une mentalité : les gentils verts contre les méchants rouges, dont il convient de suspendre les libertés. Les propres contre les sales, et l’on voit d’ici ce que ça va permettre en regard des clandestins et de l’immigration illégale. Hygiénisme ressemble à eugénisme. Cette propreté-là, qui confine à la pureté, vous vous souvenez ? 

Nos libertés ne tiennent qu’à un fil, on ne pourra pas dire que nous n’avons rien vu venir.


Je n’aime pas particulièrement les débats. Parce qu’on parle, on parle, pendant que dehors... Donc je me tais désormais, et sauf si vous êtes fragiles, je vous remercie de ne pas porter le masque dans la rue ; On se reconnaîtra plus facilement.


I.A.


Voir ce commentaire dans son contexte