Commentaire de Captain Marlo
sur Le groupe Telos dénonce le « fasciste » Onfray et son Front Populaire


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Captain Marlo Captain Marlo 26 juin 19:26

@assouline

Je n’ai jamais écrit que l’euro est une monnaie pour riches, mais que l’euro ne pouvait pas être dévalué, et qu’on ne peut pas en sortir sans sortie de l’UE.

En conséquence, quand on ne peut pas dévaluer la monnaie, il faut dévaluer le prix du travail et dissoudre le modèle social, pour faire baisser les prix de revient des biens et des services. Élémentaire, mon cher Watson !

  •  

Manque de bol pour vous, voici la démonstration par l’inventeur de l’euro himself, Robert Mundell : « Les ravages sociaux de l’euro, une stratégie délibérée. »
.

 "(...) Il est très difficile de licencier des travailleurs en Europe », se plaignit-il. Sa contre-attaque : l’euro.
.

L’euro fera vraiment son travail quand la crise aura frappé, expliquât alors Mundell . Le retrait du contrôle du gouvernement sur la monnaie empêchera alors l’utilisation des politiques monétaire et budgétaire keynésiennes par les vilains petits élus pour sortir une nation de la récession.

.

« L’euro mettra la politique monétaire hors de la portée des hommes politiques », a-t-il dit. « Et sans la politique budgétaire, la seule façon pour les nations pour pouvoir conserver des emplois est la surenchère dans la réduction des règles du commerce. » Il citât, alors les lois du travail, les règlements environnementaux et, bien sûr, les taxes et les impôts. Tout cela serait éliminé par l’euro. La démocratie ne serait pas autorisé à interférer avec le marché.

.
Pour Robert Mundell, le but de l’euro n’était pas de faire de l’Europe une puissante unité économique unifiée. Son but était approximativement le même que celui de Reagan et Thatcher : la révolution conservatrice.
.
(Traduction : casser les lois du travail, les protections sociales et les salaires)
.
Conclusion de Mundell : " (...) Et quand une crise arrivera, les nations économiquement désarmées n’auront plus comme solution que déréglementer le droit du travail, privatiser les entreprises d’Etat en masse, réduire les impôts et d’envoyer les États-providence en Europe dans les égouts....etc

  •  

Si ce n’est pas clair que l’euro sert à aligner les conditions et le prix du travail de pays comme la France, sur celles des pays européens les plus pauvres, voulez-vous que je vous que je vous explique à nouveau ??
Bonne soirée, cher troll anti UPR.

Voir ce commentaire dans son contexte