Commentaire de Djam
sur Et si on dansait ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Djam Djam 6 juillet 11:22

@ rosemar

Oui, danser fait du bien, libère des énergies physique avec plus de plaisir que l’obligation « sportive ». Au départ de l’humanité, il semble que les danses étaient essentiellement des danses-transes faites pour l’homme se reconnecte rituellement à des esprits dans des dimensions invisibles et ces cérémonies permettaient de réguler l’organisation sociale du groupe.

Puis advint la « modernité »... et l’on se sépara de plus en plus jusqu’à aujourd’hui où les transes se produisent encore mais dans des hangars surdimensionnés que l’on appelle des « zéniths » dans lesquels des milliers d’individus divisés s’agitent comme des fous dans des lumières psychédéliques et la fureur de bruit amplifiés. Ils n’en sortent jamais reconnectés mais pulvérisés... et c’est fait pour.

J’ajouterai un « détail »... pour danser il faut de la musique. Or, celle de notre post modernité en déliquescence est composée de fréquences malsaines (voir les articles et livres sur le changement de fréquences htz du diapason : http://www.slate.fr/story/118605/frequences-musique

Cet article émane du site Slate... à lire donc avec un peu de discernement. Si en effet la guerre des diapasons a été récupérée par des complotistes peu érudits, il n’en demeure pas moins que les vibrations musicales agissent bel et bien sur l’état émotionnel et son harmonie chez l’humain.

Il suffit de faire l’expérience auditive de mêmes phrases musicales proposées en 440 htz, en 432 hetz ou en 450 htz, si l’on a l’oreille fine on sent nettement la différence d’effet en soi.

Le bonheur de danser exige que les danseurs se sentent ensemble et en harmonie avec le génie musical.


Voir ce commentaire dans son contexte