Commentaire de Fatal piquette
sur C'est comme une ritournelle...


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Cyrus Fatal piquette 7 juillet 21:51

Voilà un mot qui tourbillonne grâce à la gutturale, « r » répétée, la dentale « t » pleine d’éclats, ses différentes voyelles !


Toujours fâché avec la phonétique si précieuse ?

>Vous pourriez au moins avoir l’ obligeance d’ utiliser l’ alphabet phonetique francais , voir même mieux l’ internationale qui permet d’ écrire toute les langue comme une tour moderne de babel .

Le reve de tout cancre , la fin de cet orthographe arbitraire discriminant , et un language mathematique d’ une beautée et d’ une robustesse a toute epreuve .

ce n’ est pas de la phonetique que vous faite si vous ne l’ utiliser pas c’ est du decorum .


il sə ləva e mə twaza d'œ̃ ʁəɡaʁ sevɛʁ e penetʁɑ̃, e o mɔmɑ̃ u ʒə mə dispɔzɛ a ʁepete ma kɛstjɔ̃, il avɛ dispaʁy avɛk la lymjɛʁ, mə lɛsɑ̃ dɑ̃ l'ɔpskyʁite la ply kɔ̃plɛt. ʒ'etɛ sœl deʒa dəpɥi œ̃ kaʁ d'œʁ, ʒə dezɛspeʁɛ də lə ʁəvwaʁ, e ʒə ʃɛʁʃɛ, ɑ̃ m'ɔʁjɑ̃tɑ̃ syʁ la pozisjɔ̃ dy pjano, a ɡaɲe la pɔʁt, lɔʁsk'il ʁəpaʁy tut-a-ku avɛk la lymjɛʁ : il pɔʁtɛt œ̃ ʁiʃ abi a la fʁɑ̃sɛz, ʃaʁʒe də bʁɔdʁi, yn bɛl vɛst də satɛ̃, e yn epe pɑ̃dɛ a sɔ̃ kote.

<br />

<span style="color: rgb(29, 58, 143); font-family: police-phonetique-francais-transcription-traduction-phonemes-french-phonetic-phonetics, sans-serif; font-size: 15px; text-align: justify; float: none; display: inline;">texte original:</span><br style="box-sizing: inherit; color: rgb(29, 58, 143); font-family: police-phonetique-francais-transcription-traduction-phonemes-french-phonetic-phonetics, sans-serif; font-size: 15px; text-align: justify;" /><span style="color: rgb(29, 58, 143); font-family: police-phonetique-francais-transcription-traduction-phonemes-french-phonetic-phonetics, sans-serif; font-size: 15px; text-align: justify; float: none; display: inline;">Il se leva et me toisa d'un regard sévère et pénétrant, et au moment où je me disposais à répéter ma question, il avait disparu avec la lumière, me laissant dans l'obscurité la plus complète. J'étais seul déjà depuis un quart d'heure, je désespérais de le revoir, et je cherchais, en m'orientant sur la position du piano, à gagner la porte, lorsqu'il reparut tout-à-coup avec la lumière : il portait un riche habit à la française, chargé de broderies, une belle veste de satin, et une épée pendait à son côté.</span>

<br />

Vous voyez rien de bien compliqué :)


Voir ce commentaire dans son contexte