Commentaire de Pascal L
sur « Les GATHAS, le livre sublime de ZARATHOUSTRA », par Khosro Khazai PARDIS – Albin Michel / Spiritualités vivantes - 2011


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Pascal L 11 juillet 20:24

« La mythologie bibliste est foireuse, fausse. C’est une certitude » Je sais que cela ne sert pas à grand chose de vous montrer que vous ne faites que des affirmations d’autorité sans le moindre début d’une démonstration, mais je ne peux pas m’empêcher de mettre le doigt sur ce genre d’affirmation stérile. Vous avez certes des certitudes, mais qu’est-ce qui vous permet d’affirmer que ce sont des certitudes. Si c’était aussi simple, le problème serait résolu depuis longtemps. Vous devez admettre que tout le monde n’a pas les mêmes certitudes que vous.

« Aucun scientifique digne de ce nom n’accorderait du crédit à vos « témoignages » » Il y a aussi de grands scientifiques qui sont également des Chrétiens. Je ne vous parle que de la méthode scientifique que vous ne voulez pas reconnaître et surtout pas utiliser. Si la méthode scientifique ne marche pas, alors apportez votre pierre à la science... Cela ne montre que votre incapacité à avoir une démarche scientifique. 

« qui essaye de faire dans le psychologique » ça vous énerve beaucoup et en général lorsque l’on réagit ainsi, je creuse car je cherche à comprendre. Comme dit le proverbe, il n’y a pas de fumée sans feu. Personnellement, je ne me sens pas concerné lorsque l’attaque tombe à côté mais une telle attaque est toujours significative de quelque chose, souvent un déni de ses propres faiblesses.

Vous n’arrivez pas avoir un dialogue sérieux avec moi. Il n’y a d’ailleurs jamais de dialogue, seulement un monologue.

« Ben vous encore moins..  » C’est toujours le problème avec les manifestations transcendantes. Vous n’aurez jamais la démonstration de l’existence de Dieu, pas plus d’ailleurs que son inexistence. Cela ne m’empêche pas de témoigner ce que je vis et personne ne vous oblige à me croire, mais je ne vous autorise pas à dire que ce n’est pas ce que je vis car vous n’en savez rien. Apportez donc vos preuves.

« (j’imagine que c’est votre hantise) je m’amuse c’est tout... » Quelle hantise ? Est-ce que je prendrais votre parole comme supérieure à celle que je reçoit de Jésus ? Qu’est-ce que je pourrai craindre de votre part ?

« Si l’on ne vous accueille pas et si l’on n’écoute pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, et secouez la poussière de vos pieds. Amen, je vous le dis : au jour du Jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins sévèrement que cette ville. « Voici que moi, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et candides comme les colombes. Méfiez-vous des hommes : ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez conduits devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous inquiétez pas de savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous.

Ne craignez donc pas ces gens-là ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu. Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ; ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits. Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. » (Matthieu 10, 14-20, 26-28)


Voir ce commentaire dans son contexte