Commentaire de Octave Lebel
sur Un sondage explosif : 74% des jeunes musulmans de moins de 25 ans rejettent les lois de la république


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Octave Lebel Octave Lebel 5 septembre 2020 18:54

@moderatus

Ce n’est pas un procès, c’est une discussion et une interrogation sur la logique et les effets de votre argumentation et de ce que j’y vois et en pense. J’ai vu comme une impasse et je vous le signale.Désolé de vous contrarier.

A regarder certains liens que vous signalez, je suis d’accord avec vous sur un point, le danger de l’islam politique qui est bien présent et qui cherche à se développer. Danger pour tous, danger pour l’islam en tant que religion et culture aussi. Il  pèse peu mais est déterminé et s’inscrit dans une perspective longue comme devrait le faire la démocratie quand nos responsables politiques ont l’horizon de leur mandat comme ambition pour la plupart. Il avance pour une part masqué mais c’est la loi du genre. Aux citoyens d’être vigilants et d’interpeller leurs élus, ce sera plus sûr.

Heureusement nous avons un trésor conquis de haute lutte la laïcité qui nous protège tous à commencer par le croyant dont certains chefs religieux voudraient régenter la liberté de conscience et les droits de citoyen. C’est un principe de rassemblement citoyen clair. Certains politiques ne peuvent s’empêcher d’en faire un outil de division ce qu’exploitent ceux qui veulent la dévitaliser.

L’islam politique se sert habilement de l’ignorance, quelquefois de la bêtise, du cynisme, de la faiblesse, de la naïveté, de l’ambition, de la démagogie des élus pour augmenter son influence. Lionel Jospin en son temps manqua de clairvoyance en n’utilisant pas de manière solennelle le droit disponible. Soyons indulgent, c’est plus facile d’être lucide 31 ans après.

N’y a-t-il pas assez d’intelligence et de sens de l’état dans toutes les forces politiques pour faire de ce sujet un consensus et rappeler des règles claires applicables partout dont la mise en œuvre sera soutenue et contrôlée ? Pour obtenir aussi un engagement solennel de la fin de l’instrumentalisation électorale de ce sujet ?

Les politiques n’agissent en fait que dans la mesure où leurs électeurs font pression sur eux. A nous de voir.

Il faudra aussi arrêter de faire semblant d’ignorer la dimension sociale comme le font souvent les médias sur le terreau de laquelle se développent les phénomènes identitaires et communautaires afin de dégonfler certains faux débats symboliques et apporter des réponses concrètes. Comme j’en ai signalées dans mon troisième message.

 



Voir ce commentaire dans son contexte