Commentaire de Jonas
sur La liberté d'expression peut-elle être sacrifiée à la démocratie ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jonas Jonas 24 octobre 2020 12:25

« La liberté d’expression peut-elle être sacrifiée à la démocratie ? »

La question n’a en elle même pas de sens.

Dans toute société organisée, la liberté d’expression n’existe pas, puisque par définition une société organisée n’est pas anarchique, et on ne peut donc pas permettre de laissez dire n’importe quoi à n’importe qui.

Votez un jour une loi qui autorise la liberté d’expression en France, et en moins de 24h, vous aurez la guerre civile !

Tout dépend ensuite où on met le curseur. La république maçonnique a positionné le sien.

En France, plus d’une centaine de livres sont interdits, leur simple possession dans votre bibliothèque peut vous condamner à une amende. La république et sa religion maçonnique, la sacralisation de la Shoah érigée en dogme, ne peut être contestée ou critiquée, cela peut vous valoir la prison.
Des auteurs ont été obligés de s’exiler à l’étranger pour éviter la prison (Alain Soral, Vincent Reynouard, Stéphane Blet, Boris Le Lay, ...) ou incarcérés simplement pour avoir écrit des livres (comme Hervé Ryssen actuellement détenu à Fleury-Mérogis).

Tout ceux qui critiquent publiquement les principes fondamentaux de la religion maçonnique et de la république universelle : le vivre-ensemble, le multiculturalisme, le métissage, l’immigration de masse incontrôlée, comme l’ont fait Renaud Camus, Richard Millet, Jean-Yves Le Gallou, Alain de Benoît, Yvan Blot, Jean Raspail, Pierre Hillard, Johann Livernette, ... sont ostracisés et bannis des mass média.


Voir ce commentaire dans son contexte