Commentaire de Captain Marlo
sur Hommage du 2 novembre à Samuel Paty : l'Éducation nationale propose du Jean Jaurès… expurgé !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Captain Marlo Captain Marlo 3 novembre 2020 06:50

@Super Cochon
Les Fascistes n’auraient jamais autorisés une colonisation Mahométane et une islamisation de leurs pays !

Bof, appelez ça comme vous voulez, les dictatures se parent de nombreux plumages, et elles ne sont pas toujours où l’on croit....
Cf Le New York Times publie en Janvier 2016 : « Opération Timber Sycamore, la CIA et l’argent de l’Arabie Saoudite ».

"Washington — Lorsque le Président Obama a secrètement autorisé la Central Intelligence Agency à commencer à armer les combattants rebelles de Syrie en 2013, l’agence d’espionnage savait qu’elle aurait un partenaire disposé à aider à financer l’opération clandestine. C’était le même partenaire sur lequel la CIA s’est appuyée pendant des décennies pour son argent et sa discrétion dans les conflits lointains : le royaume d’Arabie saoudite.

Depuis lors, la CIA et son homologue saoudienne maintiennent un accord inhabituel pour la mission d’entraînement des rebelles, à laquelle les Américains ont donné le nom de code Timber Sycamore. Avec cet accord, selon d’actuels et anciens hauts fonctionnaires, les Saoudiens fournissent à la fois des armes et de grosses sommes d’argent, et la CIA dirige l’entraînement des rebelles au maniement des fusils d’assaut AK-47 et des missiles antichars.

Le soutien aux rebelles syriens n’est que le chapitre en cours d’une relation qui dure depuis des dizaines d’années entre les services d’espionnage d’Arabie saoudite et les États-Unis, une alliance qui a traversé le scandale Iran-Contra, le soutien des moudjahidines contre les Soviétiques en Afghanistan et les combats par procuration en Afrique. Quelquefois, comme en Syrie, les deux pays ont travaillé de concert. D’autres fois, l’Arabie saoudite a simplement signé des chèques, souscrivant aux activités clandestines américaines....etc


Voir ce commentaire dans son contexte