Commentaire de infraçon
sur Les pieds d'argile de l'offre politique


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

infraçon infraçon 3 décembre 2020 16:40

si vous dites
« Le public rend utile ceux que le privé n’a pas utilisé (...)
rendre utile ceux qui ne le sont pas encore (...)
constatant la richesse créée par eux »

c’est que vous posez implicitement le postulat suivant : ceux que l’état utilise créent de la richesse et même plus : ils créent la richesse là où elle est la plus efficace, la plus nécessaire... et non pas là où ça arrange « l’état » c’est à dire là où l’« image » des « représentants du peuple » sera mise en valeur

hors le PIB (ou les oligarques, ce qui revient au même puisqu’ils valident ce système) ne considère pas le service public comme de la richesse ...
(pour info : en droit, le service public est « autorisé » à être pris en charge par l’état (ou une collectivité) quand le privé ne peut pas, ou ne veut pas (!), s’en occuper.)

de même qu’il ne prend pas en compte une richesse certaine (comme le rappel le commentaire de Francis -in « Crise sanitaire-Lettre ouverte du Professeur Christian PERRONNE »- en citant Bob Kennedy : « En revanche, le PIB ne tient pas compte de la santé de nos enfants, de la qualité de leur instruction, ni de la gaieté de leurs jeux. Il ne mesure pas la beauté de notre poésie ou la solidité de nos mariages. Il ne songe pas à évaluer la qualité de nos débats politiques ou l’intégrité de nos représentants. » etc)

en plus un certain nombre de citoyens est absolument persuadé qu’aucun « travailleur » de l’état crée de la richesse

et enfin que certains « travailleurs » de l’état ne crée effectivement aucune richesse

Donc trier dans ce méli-mélo la richesse réellement créée ?... Faudrait que le peuple se mette d’accord sur ce qu’il considère comme de la richesse.

Par contre quand vous dites :
« dans les pays qui sauront limiter leur monnaie. »

effectivement on retrouve le paradigme de l’ancien monde là où l’or a de la valeur parce qu’il est rare, là où la monnaie doit être rare pour avoir de la valeur.

Hors de sa rareté découlent petits salaires, chômage, marasme économique, pauvreté et guerres.
Une autre forme d’esclavage...


Voir ce commentaire dans son contexte