Commentaire de Jean Dugenêt
sur Rita Hayworth et le marxisme


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jean Dugenêt Jean Dugenêt 8 décembre 2020 00:01

@Séraphin Lampion et @Francis

Si vous voulez aborder la question du rôle de De Gaulle il faut reprendre l’analyse de la situation de la France à la libération.

Il est possible, au préalable, de donner quelques caractéristiques de sa politique. C’était avant tout un anticommuniste viscéral et pas uniquement un anti-stalinien car il y avait, à partir des années 20, de bonnes raison de détester la dictature de la Russie puis de l’URSS sous Staline. Mais, la politique de De Gaulle ce n’était pas seulement ça. C’était un attachement au système capitaliste qu’il assimilait comme étant intrinsèquement lié aux valeurs morales traditionnelles de la France avec notamment la culture chrétienne. La perspective que les exploités prennent le pouvoir pour instaurer un régime plus égalitaire était assimilable pour lui aux affres de la terreur de 1793. Dès sa jeunesse, en 1918, immédiatement après la guerre de 1914, où il avait été fait prisonnier, il s’est engagé comme volontaire pour aller combattre les bolcheviks. C’était donc bien un anticommuniste viscéral.

Deuxième caractéristique : il était pour l’indépendance de la France. Il l’a montré toute sa vie et notamment en organisant la France Libre en Angleterre. Les américains sont entrés en guerre à la suite de Pearl Harbour mais aussi, à un moment, où les russes risquaient de gagner seuls contre Hitler. Les américains voulaient battre Hitler mais aussi barrer la route aux armées Russes. A Téhéran, Yalta et Podsdam Staline et les américains (D’abord Roosevelt puis Truman) ont élaboré deux projets symétriques d’occupation et de main mise sur l’Europe en se partageant le territoire. Les anglais (Churchill) étaient représentés aux négociations mais pas la France. Ils considéraient donc tous que la France collaborant avec Hitler faisait partie des ennemis. Dès lors De Gaulle était un obstacle pour les américains non seulement puisqu’il ne pouvait pas tolérer que la France, dans sa globalité, soit considérée comme un ennemi mais de plus il a fait obstacle à leur plan de colonisation de la France et de l’Europe dès la libération mais aussi toute sa vie.

Le fait qu’avec l’UE, les américains ont fini par réaliser leurs objectifs fait que je me retrouve avec les authentiques gaullistes pour me battre pour le Frexit mais j’ai par contre toujours la perspective d’unir le mouvement ouvrier pour battre les capitalistes. Sur ce point je suis bien évidemment en divergence avec les gaullistes.


Voir ce commentaire dans son contexte