Commentaire de velosolex
sur Affaire Zecler, un sommet de la manipulation politico médiatique


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

velosolex velosolex 8 décembre 2020 00:35

@Pcastor
Dans la série « Mais à qui profite le crime ? »
La réponse dans la propension de violence à agents, amenant à s’interroger sur cette étrange inflation des chiffres, ne serait elle pas liée à l’auto agrément d’un troisième mois déguisé ?. Et cette affaire y plonger sa source ? Extrait du journal « Le parisien » datant de 2012, dangereux journal d’extrême gauche ( les chiffres ont depuis encore davantage explosé, et 4 cabinet d’avocats sont au service des policiers dans cette procédure sur la capitale : 

 Des dépenses en hausse de près de 40% en trois ans. Le système financé en partie sur les deniers publics (frais d’avocat et dommages et intérêt lorsque le coupable n’est pas solvable) serait particulièrement peu regardant lorsque les policiers sont victimes, d’injures ou d’outrages... « Il est étonnant de constater que les montants sont près de 30 fois supérieurs dans la police par rapport à la gendarmerie pour des effectifs comparables », souligne le document. En 2012, ce qu’on appelle administrativement, la « protection fonctionnelle » (PF) des policiers a ainsi généré une dépense de 13,2 millions d’euros, en lègère baisse par rapport à 2011 mais en « forte hausse », de 38,2%, par rapport à 2009. « Il s’agit d’une dépense particulièrement dynamique », estiment pudiquement les auteurs.

- Ne plus indemniser certains outrages à policiers. Les enquêteurs s’interrogent aussi sur la « pertinence d’ouvrir un dossier de « protection fonctionnelle » avec assistance d’un avocat rémunéré par l’administration. » Près d’un tiers des affaires relèvent d’« outrages » à fonctionnaire, sans aucune atteinte à l’intégrité physique. Or, chaque dossier coûte en moyenne 1000 euros à l’administration, entre les frais d’avocat et les dommages et intérêts. « Faut-il assurer la PF d’un policier qui se poste devant un local de dégrisement et reçoit alors des injures et outrages de la part d’une personne en état d’ébriété et qui souvent regrette ses propos une fois dégrisée ? », s’étonnent les enquêteurs. « Faut-il assurer la PF d’un policier qui va contrôler l’identité d’un SDF, apparemment alcoolisé, qui stationne sur la voie publique sans autre comportement répréhensible et qui réagit en prononçant des injures ? », s’interrogent-ils encore.

- Le phénomène des « habitués ». Le rapport stigmatise même des « habitués » de tels contentieux. « Certains policiers, certes peu nombreux, se sont faits une spécialité de ce type d’intervention au point que les juges les aient repérés et aient substantiellement réduit les dommages et intérêts accordés. » Tout en reconnaissant que la quantification du phénomène est impossible, les auteurs du rapport signalent qu’un fonctionnaire a ouvert 19 dossiers depuis 2009 ; 6 policiers, plus de 15 dossiers chacun...


Voir ce commentaire dans son contexte