Commentaire de beo111
sur Ce qu'il reste à faire


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

beo111 beo111 9 décembre 2020 09:29

@Zolko

Je vais te décevoir mais je suis assez d’accord avec ton député. Parce que tout dépend de l’attention que les électeurs vont accorder à ces informations fiscales.

En plus ce sont les médias qui vont transmettre, donc bof.

Par contre, effectivement, dans le cadre d’un sondage citoyen c’est une idée à creuser. Le grand électeur peut demander à une personne de son choix de lui donner des informations de ce type, l’autre peut refuser, mais à ce moment il sait qu’il ne sera vraisemblablement pas désigné comme candidat. C’est une relation un à un, c’est clair, les enjeux sont déterminés, et ça ne met pas en branle toute une administration. Et cela protège les données d’un potentiel candidat qui ne sera peut-être pas élu au final.

*

Tiens, ces discussions m’ont donné envie d’écrire un autre article, que je te soumettrai par mail, car cela touche à des choses auxquelles tu a déjà réfléchi : le lien entre monnaie et fiscalité, ou pour être plus précis entre monnaie et État.

L’idée serait de faire un parallèle entre eau (donnée naturelle) et monnaie (donnée fiduciaire, donc artefact culturel). Mais je ne parle pas de la théorie du ruissellement :D

Non, l’eau, au final dans la nature elle ruisselle assez peu, la plupart du temps elle coule paisiblement et elle traverse par capillarité. Sans parler du gros de l’eau, la mer, l’océan, les nuages etc.

L’approche française de distribution de l’eau est la suivante : l’eau est un bien public, mais sa distribution est assurée par des opérateurs privés.

L’idée serait donc de faire l’inverse pour la monnaie. La monnaie est un bien privé, dont l’État, pour des raisons d’efficacité fiscale évidentes, va contrôler la circulation.

Mouais, vaut mieux que je t’en parle avant, non ?


Voir ce commentaire dans son contexte