Commentaire de Jean Dugenêt
sur Rita Hayworth et le marxisme


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jean Dugenêt Jean Dugenêt 9 décembre 2020 10:38

@CN46400

« On peut comprendre, et même partager, le mépris, sans limites, des trotskistes envers Staline »

Il est vrai que si je dois donner une appréciation sur la personnalité de Staline celle-ci est très négative mais là n’est pas l’essentiel. Il ne s’agit pas de mépris. Il s’agit de condamner la contre-révolution qu’il a mise en œuvre pour liquider le parti bolchevique. A ma connaissance seulement 5 bolcheviks qui se sont ralliés à lui ont survécu. Il lui a fallu en finir avec les révolutionnaires pour mener sa politique dont on connaît maintenant tous les conséquences.

Dans la suite de ce que vous dîtes je ne comprends pas tout.
Je suis absolument d’accord quand vous dîtes :

"je pense que le choix politique fondamental de Staline est celui, qu’il a imposé dans le PCUS après la mort de Lénine, le « socialisme dans un seul pays »"

C’est exact et c’est ce choix qui a motivé la politique d’après guerre du puissant PCF, du PCI (Italie) et des autres... Alors que les militants du PCF qui avaient participé à la résistance et à la libération de Paris avant l’arrivée de l’armée... voulaient que soit appliqué le programme du CNR, Staline exigea de Thorez, qu’il avait hébergé pendant toute la guerre, qu’il se range derrière De Gaulle pour reconstruire au plus vite un état capitaliste. A Paris, le colonel Rémy céda bien vite la place à De Gaulle, les communistes acceptèrent les hauts-fonctionnaires envoyés par De Gaulle dans les villes du sud qu’ils contrôlaient. Pour la plupart, ceux-ci avaient collaboré avec Pétain pendant la guerre... Staline acceptait le statu-quo négocié à Yalta et Potsdam. Il voulait la paix chez lui pour construire son « socialisme dans un seul pays ». Non seulement il n’était plus question de construire le socialisme en France et ailleurs mais il mettait la politique des PC au service des accords qu’il avait négocié et donc au service de l’impérialisme... Les américains auraient voulu gouverner la France mais la politique de De Gaulle qui désarmait la résistance et remettait en selle le capitalisme leur est apparu comme un bon compromis... en attendant les jours meilleurs où ils ont mis en place l’UE arrivant ainsi à leurs fins.


Voir ce commentaire dans son contexte