Commentaire de Florian LeBaroudeur
sur 2020, année meurtrière ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 11 janvier 12:32

Il y a une augmentation du nombre de morts, c’est un fait.

Mais il serait présomptueux d’imputer cet augmentation au seul COVID.

On dit que les hôpitaux sont saturés mais ceux-ci l’ont toujours été. Une grande majorité des décès étiquetés COVID devait de toute façon avoir lieu car les concernés sont des malades en phase terminale. La moyenne des décès attribué au COVID étant supérieur à celle de l’espérance de vie.

En revanche beaucoup de personnes qui devaient se faire soigner ou opérer ne l’ont pas été et c’est cet tranche qui explique cet surmortalité.

Je sais depuis longtemps que le secteur hospitalier est le secteur d’activité le plus dépendant des hydrocarbures et le pic de production dont je soupçonne la survenue n’est certainement pas étranger à ce qui se passe, car pour moi le COVID n’est que l’arbre opportuniste qui cache des réalités énergétiques, économiques et géopolitiques trop embarrassantes.

D’ailleurs la mortalité avait déjà commencé à augmenter et l’espérance de vie baissé dans plusieurs pays industrialisés. La hausse de la mortalité déjà observé ne peut pas être imputer au seul vieillissement des baby-boomers puisque le curseur de la moyenne des décès n’a pas encore atteint le début de la seconde guerre ( 82 ans, 2020 moins 82 = 1938 )


Voir ce commentaire dans son contexte