Commentaire de Decouz
sur Prix Goncourt des lycéens 2020 : le désenchantement des lecteurs de Djaili Amadou Amal


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Decouz 11 janvier 16:29

En ce qui me concerne j’ai trouvé l’ouvrage tout à fait lisible (pas trop long) et intéressant, du moins pour un public français qui ignore les rapports de violence dans les familles polygames, violences des hommes et de l’hypocrisie sociale, mais aussi violence entre les femmes, j’ai lu bien d’autres auteurs africains au demeurant.

Maintenant, dans l’édition et dans les prix aussi sans doute, c’est un peu beaucoup du commerce. Un tel sera privilégié, déjà aura la chance d’être édité (pas qu’il soit mauvais mais d’autres aussi bons seront éliminés), aura un bandeau spécial (au cas où le lecteur ne ferait pas attention, on lui met les points sur les I), et bénéficiera d’une mise en vitrine avantageuse, c’est juste du marketing, sera ou non invité dans telle émission.

Tel livre meilleure vente en Espagne ou en Allemagne est totalement ignoré chez nous, sans parler des autres pays, comme ceux d’Amérique du Sud.


Voir ce commentaire dans son contexte