Commentaire de Albert123
sur Moi, les hommes, je les déteste !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Albert123 11 janvier 17:40

@In Bruges

c’est surjoué surtout,

posture bedonnante avec ventre légèrement gonflé appuyé par des épaules sciemment misent en arrière pour imiter l’archétype du beauf des sociétés consuméristes , bras collés au corps pour en augmenter la largeur avec débardeur trop court pour accentuer l’expression générale, même traitement pour le coup positionné de sorte à en grossir la largeur,

forme des lunettes et maquillage qui durcissent des traits pourtant naturellement fins et symétriques,

tatouage vulgaire, sur l’avant bras (faut avoir craquer pour se faire tatouer un truc pareil) qui permet juste de comprendre qu’elle cherche juste un mec qui assume pour fonder un foyer et élever des gosses comme l’on fait papa et maman mais comme elle est d’une génération « petite princesse et petit roi » ses ambitions et son hypergamie excessives n’ont pu l’amener qu’a avoir que des expériences forcément décevantes et frustrantes,

le loupé sur la photo, c’est la coupe de cheveux masculine mais qui met finalement le visage en valeur, la fille est loin d’être laide, 

sombrer dans une posture nihiliste à tous les niveaux souligne juste le caractère dogmatique et idéologique de cette posture, forme de névrose structurante servant à supporter une dépression refoulée, cette femme souffre et ce n’est pas la 1ere que l’on nous médiatise et jette a la foule avec tout un arsenal idéologique tout droit sorti des universités américaines,

Cela à presque le gout d’agents kamikazes reprogrammés (vous affolez pas c’est du cynisme, pas du complotisme), 

ses problèmes ne sont pas liées à sa sexualité ou dans sa perception déformées des hommes, ils ne sont que le fruits d’une génération née dans l’or et qui finit par devoir élever ses propres enfants dans la boue et qui, par déni d’une réalité qui s’imposera à tous, cherche des prétextes pour ne pas devenir finalement adulte et fonctionnelle face à cette réalité.


Voir ce commentaire dans son contexte