Commentaire de Pierre Régnier
sur Lettre ouverte à la jeunesse sacrifiée du Macronistan


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Pierre Régnier Pierre Régnier 14 janvier 10:07

@babelouest

L’énoncé, comme ici le vôtre, d’un bel idéal est souvent le moyen de se mettre hors du monde réel et des difficultés très concrètes à affronter dans ce qui s’appelle le combat politique. Ça rejoint la fuite dans l’égoïsme (à laquelle les pouvoirs en place invitent les jeunes).

Cette manière “radicalement révolutionnaire“ ne gêne en rien les exploiteurs de toutes sortes, parce qu’ils savent bien qu’aucune force collectivement organisée, a fortiori aucun individu, n’est en mesure de réaliser le bel idéal.

Aujourd’hui on joue beaucoup à “tuer des mots“ parce que ce qu’ils représentaient a été abandonné, voire franchement trahi. Ça aussi ça convient très bien aux exploiteurs (et à leurs jeunes victimes).

Le socialisme libertaire reste l’expression juste pour désigner la mise en place, concrètement, de l’idéal (imparfait) imaginé par l’esprit : le “solidarisme“. C’est un idéal raisonnable pour le futur.

Oubliez les arrivistes qui ont détruit, “vidé“, le sens des mots. Pensez à leur contenu humain, toujours valable et à réaliser.


Voir ce commentaire dans son contexte