Commentaire de McGurk
sur CoViD-19 – 15 vaccins, trois petits tours et puis s'en vont


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

McGurk McGurk 7 février 19:36

un président de la République autocrate qui n’a aucune intelligence des situations hormis celles financières et aucune empathie.

Cette situation avec le gouvernement remonte bien plus loin.

Un projet politique commun assez sophistiqué a consisté, dans un premier temps, à dénoncer les clivages idéologiques des partis pour ensuite dire que l’avenir serait le « transpartisme » car, en définitive, seul le résultat comptait.

De droite à gauche, le personnel politique a donc, progressivement, laissé tomber les idéologies qui définissaient, dans les grandes lignes, l’orientation des partis et des programmes pour proposer plus ou moins la même chose...jusqu’à présenter exactement le même plan.

D’où toutes ces années d’errance de l’électorat qui disait tout fort, au grand dam des « élites », que droite ou gauche était du pareil au même. Cette « compatibilité » a fini d’achever la vie (mouvementée) des grands partis traditionnels qui se sont effondrés sous le poids de leur incompétence mais également des trahisons envers les électeurs.

Aujourd’hui et ce depuis bien longtemps maintenant , on ne produit plus d’hommes politiques mais des énarques, des privilégiés et des technocrates pour la simple raison qu’aucun d’entre eux n’est capable d’avoir une vision à long terme de l’avenir à part « l’Europe » d’où tout vient miraculeusement et sans laquelle « tout le monde serait mort ».

D’ailleurs, leur « qualité » a très fortement baissé. Le niveau intellectuel est plus bas que la moyenne, le vocabulaire s’est réduit à quelques mots-clés, les « nerfs d’aciers » demandés en politique ont laissé place à l’emportement facile et aux insultes, diffamations les plus sordides , le savoir-être a lui totalement disparu.


Ce n’est donc pas étonnant de voir se succéder des Macrons, des Philippes, des Castex et autres parasites dont j’aurais oublié le nom. Vivant dans des sphères sociales bien supérieures, il ne peuvent ressentir la moindre empathie pour les petites gens qu’ils gouvernent (« administrent » plutôt).

En politique, l’argent a toujours eu une valeur supérieure à la vie des électeurs. Pour des sociopathes fanatiques, banquiers de formation et adeptes du dogme absolu de l’ « Europe », l’argent est le seul repère et se trouve bien au-dessus de la réalité elle-même, de la vie.

Quel contraste avec l’humilité d’Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne

Tu parles ! Un pion du gouvernement allemand qui dirige l’Europe en sous-main en la « réformant » à son image...Quelle humilité !


Voir ce commentaire dans son contexte