Commentaire de Ariovis
sur Tous ces préjugés contre les résurgences polythéistes-animistes européennes ! – un plaidoyer argumentaire raisonné en leur faveur


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jérémy Cigognier Ariovis 21 février 2021 18:35

J’en ai marre que tous les défenseurs de la franc-maçonnerie veuille en faire un équivalent de bonne et intelligente volonté. Cette charité est toujours ... disons d’ésotérisme, faute de mieux. Grand bien lui fasse, mais je ne fais rien par charité, je fais ça par pur égoïsme, à vouloir que mes croyances que j’estime naturellement bonnes se répandent. Mais cette bonté est mienne, elle n’a rien de charitable, elle est ma bonté, et je ne permets pas qu’on la compare à une autre bonté. Si vous voulez que ce soit un franc-maçonnisme, que cela le soit ! De toutes façons que je m’en défende ou pas, le soupçon est lancé.

Donc, que mon propos déstabilise ceux-ci ou ceux-là, c’est une évidence territorialiste, parce que je défends ma territorialisation au moins morale, exactement comme tous ceux que je dérangerais (vous en citez quelques uns). Et donc, que vous y trouviez un « n’empêche » suspicieux, à me prêter des arrière-pensées, est encore de sottise ésotérisante : nous en avons un excellent exemple avec certains intervenants AgoraVox sous mes articles. Vous faîtes le malin à m’alléguer malin d’arrière-pensées, quand tout est clair sauf pour les sots, qui se laissent impressionner par votre genre de rhétorique à vous en faire devenir aisément gourou complotiste là où il n’y a pas l’once d’une « comploticité », puisque tout est dans le texte.

Je n’emploierais pas non plus la notion de foi ici, mais celle de d’accord, en tant qu’elle réfère au cœur, exactement comme le latin credo ou le celtique credimi. C’est l’étymologie du mot croyance, mais vous employez potentiellement foi pour croyance, les vocables sont confus pour tout le monde. Je n’ai toutefois pas besoin d’avoir foi (confiance) dans mes croyances, puisque je les ai à cœur, et qu’elles m’ont prouvé leur sens en dehors de toute bigoterie iconophile, on sent bien que les monothéistes sont chauds pour casser de l’effigie encore-toujours à travers certains faits divers ... mais j’ai voulu les « perdre » plusieurs fois par manque d’assiduité et de raisonnements actualistes, elles sont toujours revenues me chercher elles-mêmes, contrairement à feu mon militantisme chrétien, car il y en eu un ... tout cela n’a fait que servir la rédaction de cet article.

C’est évidemment d’abord une affaire de valeurs. Les religions sont en fait des moteurs culturels, sans lesquelles les cultures tarissent, tentant de se survivre à travers l’art, mais à la fin les âmes peinent serait-ce au sens commun d’une ville de tant d’âmes (je partage ce diagnostic avec les monothéistes). Mais, au sens psychologique, James Hillman est bien placé pour nous expliquer la réalité des dieux. Et je veux reconnaître la réalité du dieu prétendu totalitaire, encore qu’il ne veuille pas la reconnaître aux autres dont il émerge hénothéiste puis monolâtre pourtant, quelque part au Proche-Orient à s’y incarner, comme certains de mes dieux ... mais ce dieu est clairement, en se prenant pour extra-cosmique (voire acosmique, comme dit Hannah Arendt au sujet du judaïsme) un dieu-siphon qui épuise, exactement comme les maniaco-dépressifs nous épuisent, surtout quand on est sympa avec eux. Je ne dirai pas comme les trous noirs, car je ne m’y connais pas.

Mais, à ce propos, ne faîtes pas le malin encore une fois : si des lois concernant les trous noirs existent, elles s’appliqueraient de façon actualiste à tous les trous noirs, à ce qu’on présumerait épistémologiquement et méthdologiquement comme avec toutes cette prétendue législation (une modélisation, en fait, les maths sont de puissants moteurs intellectuels à propos de modélisations, sans conteste). Il est évident que la vie ne se développe pas dans le vide intersidéral ... jusqu’à nouvel ordre. Les malins me rétorqueront les comètes, et la panspermie, etc. Mais c’est que justement les bactéries ne flottaient pas toutes seules dans l’espace alors ... etc. ad libitum, ad nauseam.


Voir ce commentaire dans son contexte