Commentaire de McGurk
sur CoViD-19 – 17 cacophonies, assassin et compagnie


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

McGurk McGurk 28 mars 22:53

le 26 mars on dénombrait 50% de classes fermées pour cause de CoViD et 41% d’élèves contaminés de plus que la semaine précédente

Bon ’faudrait savoir là !

On nous raconte que ça ne contamine pas les jeunes et vous nous dites le contraire.

Ce n’est pas seulement les mensonges qui nous pensent, c’est d’être abreuvé de milliers d’infos débiles et contradictoires dans un jeu de billard qui dure depuis un an.

a fait le choix ces derniers mois de mesures extrêmement légères pour lutter contre une pandémie dont les ravages vont pourtant croissant de jour en jour

Les chiffres sont faux, alors je ne vois pas comment vous posez un référentiel pour dire que c’était moins pire avant. D’autant qu’on nous raconte depuis des mois que la tendance à la contamination va en diminuant.

pour autant ils ne sont pas opposés à des mesures strictes et contraignantes dans l’espoir d’abréger la crise.

Si justement.

Les gens en ont plus assez de vivre dans un Etat autoritaire et punitif, même avant cette crise on coupait des budgets un peu partout (« l’austérité »).

Une triple austérité (politique, sanitaire et sociale) est un fardeau d’une lourdeur incommensurable. D’où le nombre de dépressions et de suicides.

Il n’y a pas d’espoir d’abréger ces souffrances car l’exécutif se plaît à les perpétuer et les alourdir en réinventant le confinement tous les deux mois.

La population a donc simplement envie de reprendre le cours de sa vie et le contrôle de son destin.

Le premier confinement il y a un an a été extrêmement dur mais a assez rapidement porté ses fruits ; on a vu le taux d’infection baisser.

Vous racontez n’importe quoi.

Confiner est une mesure qui, depuis qu’elle a été inventée, ne sert à rien. Ca n’a jamais servir à rien d’ailleurs.

Le taux d’infection a baissé soit parce que les gens étaient traités soit parce qu’ils restaient chez eux avec du doliprane.


Voir ce commentaire dans son contexte